Aménagement

« Mobilisation générale » pour préserver les paysages

Plusieurs dizaines d’élus et d’associations ont appelé mercredi à une « mobilisation générale » pour préserver les paysages, victimes selon eux de « mutations brutales » à cause d’une urbanisation sauvage.

Un « manifeste pour les paysages », initié par la Fédération nationale des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (SAFER) et de la Fédération des conservatoires d’espaces naturels, sera officiellement présenté à l’Assemblée nationale mercredi soir, après sa mise en ligne en fin de semaine dernière (voir lien ci-contre).

Ce manifeste, qui a reçu le soutien de plus de 200 structures de l’environnement, du patrimoine, des collectivités locales, du secteur agricole ou de l’aménagement, est « un cri d’alarme face aux mutations brutales et non maîtrisées des paysages et au gaspillage de notre consommation de l’espace », expliquent les auteurs dans un communiqué.
Elus et associations dénoncent « l’absence de projets coordonnés concernant les paysages » et une « consommation déraisonnable du capital foncier », avec un « doublement des surfaces urbanisées depuis 1945, une augmentation de 17% des surfaces artificialisées ces dix dernières années, alors que la population s’est accrue de 4% seulement ».
Or ce développement n’est « pas durable » car il repose sur un « renchérissement du coût des sols, une surconsommation d’énergie », « un mitage des terres agricoles et des espaces naturels, une dégradation de l’environnement ».
En outre les aménagements « s’imposent trop souvent sans respect des spécificités historiques et géographiques de chaque lieu ».
Le manifeste vise à « mettre en commun des propositions » avant d’organiser en février 2007 une rencontre nationale, sous forme d’Etats généraux, pour « donner qualité, sens et humanité aux paysages ».

Focus

Focus

Le paysage, un secteur économique important


La moitié des entreprises du paysage en France, qui regroupent les métiers de paysagistes, reboiseurs, ou élagueurs, ont été créées ces dix dernières années, souligne l’Union des entrepreneurs du paysage (Unep), qui représente 13.200 entreprises, soit 65.000 salariés.
Ces entreprises ont même du mal à recruter, après avoir créé 9.000 emplois en trois ans, tandis que le nombre de ces sociétés a progressé de 9% sur la même période.
Les particuliers sont leurs premiers clients, pesant 40% dans le chiffre d’affaires du secteur.
Les collectivités locales, qui représentent un tiers du chiffre d’affaires, sont aussi très demandeuses. « La qualité des espaces verts est un argument politique de plus en plus fort », selon l’Unep.
M. Loiseleur cite en exemple les tramways, qui étaient « construits sur des pavés à la fin du XIXe siècle et qui se font maintenant sur de la pelouse ».
Les entreprises de leur côté font de plus en plus appel aux paysagistes pour concevoir des « paysages intérieurs ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X