Projets

Mobilisation à Fontainebleau pour sauver une halle en béton armé

Mots clés : Béton - Conception - Conservation du patrimoine

Confié à l’agence Patrick Chavannes, le projet de reconfiguration de la place de la République à Fontainebleau nécessite la démolition d’une halle conçue par Henri Bard et Nicolas Esquillan. L’ingénieur Michel Virlogeux, l’historien Jean-François Cabestan se mobilisent aux côtés d’associations de défense du patrimoine pour empêcher sa disparition. 

La municipalité de Fontainebleau veut transformer la place de la République en une véritable place de centre-ville. Deux volets à ce projet. D’abord, l’aménagement de l’espace public (arbres, fontaines sèches) et la construction d’une nouvelle halle de marché (7 millions d’euros). Ensuite, l’extension (225 places) d’un parking souterrain, passant à 509 places (8 millions d’euros) Objectif : retrouver la configuration ancienne de la place assortie d’une approche contemporaine de l’espace, redonner une place conviviale à la ville mettant en valeur l’Hôtel de la Mission (XVIIe siècle, inscrit en 1949).

«La halle du marché est une construction sobre de métal et de verre, légère et transparente. Nous avons voulu rappeler l’esprit des clairières de la forêt de Fontainebleau avec une canopée de verre permettant un jeu d’ombres et de lumière», explique Nicolas Van Bever (agence P. Chavannes). Mesurant 70 m de long, 22 m de large, la halle nouvelle, promise pour 2015 sur une emprise de 1 490 m², sera, pour dégager l’espace, située latéralement sur la nouvelle place. Le permis de construire devrait être déposé à la mi-mars.

 

Permis de démolir accordé 

 

Mais le projet présente une difficulté. Pour disposer de l’espace, il faut démolir l’ancienne halle en béton armé, conçue en 1936 et réalisée en 1941, située au milieu de la place. Or il se trouve que c’est une œuvre de l’architecte Henri Bard (1892-1951) et de l’ingénieur Nicolas Esquillan (1902-1989), auteur de la fameuse voûte mince en béton du Cnit de La Défense. Apprenant que le permis de démolir a été signé (10 octobre 2012), architectes, ingénieurs, historiens montent au créneau pour empêcher sa disparition. «Avec son jeu de piliers effilé, sa voûte mince de 6 à 8 centimètres et ses pavés en verre Saint-Gobain, la halle apparaît comme un exploit technique sans renoncer à une véritable élégance», souligne l’historien Alexandre Gady, président de la SPPEF, association de défense du patrimoine (1).

 

Modèle de construction en béton armé ou bouchon urbain ?

 

Un point de vue partagé par l’ingénieur Michel Virlogeux : «  Un des plus beaux exemples de construction en béton armé d’entre les deux guerres» et par l’historien Jean-François Cabestan : «une coquille d’œuf en béton». Nicolas Van Bever, qui admet que la halle d’Esquillan présente des «qualités», répond que cette décision est mûrement réfléchie et que les habitants ne témoignent pas d’attachement particulier pour ce bâtiment.

«Ainsi, dit-il, cette halle en béton vampirise la place de la République et empêche de développer un espace qualitatif. Comme un bouchon urbain, elle dissimule l’Hôtel de la Mission. Si l’on veut faire une place efficace, on n’a pas d’autre choix que d’effacer cette halle, sorte d’aberration construite contre l’espace public.»

 

Recours devant le tribunal administratif

 

Deux recours ont été déposés par la SPPEF devant le tribunal administratif de Melun : l’un contre le permis de démolir pour «erreur manifeste d’appréciation» eu égard à la qualité supposée de l’édifice, et un référé suspensif car un appel d’offre pour la démolition vient d’être lancé. De son côté, un chef d’entreprise bellifontain, Bernard Bruche, président d’un collectif d’associations de commerçants et d’environnement, estimant que les règles légales de la concertation n’ont pas été respectées, a lui aussi déposé un recours. Si ces trois recours ne perturbent pas le calendrier initial, cette démolition devrait avoir lieu cet été.  

 

 

Focus

Fiche technique

 

Aménagements de la place et construction de la halle du marché

Maîtrise d’ouvrage : Mairie de Fontainebleau

Maîtrise d’œuvre : Agence d’architecture et d’urbanisme Patrick Chavannes (AAUPC), (mandataire)

Urbaniste en chef de l’opération : Patrick Chavannes

Chef de projet requalification : Nicolas Van Bever (paysagiste urbaniste)

Chef de projet halle de marché : Loïc Brenterch (architecte)

BET : Egis France

BET structure : Elioth

Eclairagiste : Agence On

 

Parking

Maître d’ouvrage : Interparking, délégataire du service public

Maître d’œuvre : Agence Carbonnet Architectes

BET à désigner.

1) Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X