Immobilier

Mipim 2017: BNP Paribas Real Estate mise sur la maquette 3D pour aménager un îlot à Bordeaux

Mots clés : Gestion et opérations immobilières - Urbanisme - aménagement urbain

Le promoteur immobilier BNP Paribas Real Estate a numérisé tout un quartier pour pouvoir affiner sa programmation sur la ZAC Saint-Jean Belcier à Bordeaux. Retour d’expérience.

Comment faire en sorte qu’un quartier sorti de terre prenne vie le plus rapidement possible ? Pour répondre à cette question stratégique, BNP Paribas Real Estate a misé sur la numérisation 3D pour aménager les 55 000 m2 de l’îlot 8.3 de la ZAC Saint-Jean Belcier dans le cadre de l’Opération d’intérêt national (OIN), menée par l’Etablissement public d’aménagement (EPA) Bordeaux-Euratlantique.

Nommé Tribequa, ce nouveau quartier « mutera à partir du tri postal qui servira de socle à l’aménagement de l’espace », a indiqué Emmanuel Combarel, architecte du projet (agence ECDM), mercredi 15 mars au Mipim, le salon international des professionnels de l’immobilier à Cannes.

 

Perception plus fine de l’urbanisation

 

« Toute l’opération a été pensée à partir d’une maquette 3D pour avoir une perception plus fine de l’urbanisation », explique François Burel, directeur de l’agence de Bordeaux de BNP Paribas Real Estate, qui pilote l’opération. L’immersion totale dans le quartier permet de percevoir les volumes et les hauteurs des bâtiments, et leur impact sur l’espace public. « D’ailleurs, nous avons affiné la programmation, poursuit François Burel. Nous avons réalisé un retrait dans un immeuble de bureaux jugé trop massif et rehaussé le socle de commerces pour donner plus de hauteur à l’espace public. Enfin, quand la maîtrise d’œuvre interviendra sur le chantier, elle s’immergera directement dans la maquette et pourra plus facilement appréhender le projet. »

La maquette 3D permet également de réfléchir aux balcons des logements. « Nous pouvons mieux appréhender la vue et l’orientation des éléments extérieurs », estime François Burel. La maquette numérique sera également utilisée pour commercialiser les logements. « Nous ne numériserons pas l’intérieur des habitations, prévient le professionnel. Mais nous pourrons montrer aux potentiels acquéreurs la luminosité du logement et la vue dont ils disposeront. » 

 

Retrouver la blondeur bordelaise

 

Tribequa, qui se situe à 800 m de la gare Saint-Jean, se compose de près de 11 000 m2 de bureaux, 465 logements (dont 43% de HLM), 1 650 m2 de commerces, 125 lits d’hôtel et un restaurant. Le tri postal sera surélevé pour accueillir l’hôtel et le restaurant.

« Nous avons travaillé sur la matière pour retrouver sur les bâtiments la couleur blonde si typique des façades bordelaises composées d’un calcaire légèrement jaune », signale Emmanuel Combarel. L’architecte précise avoir travaillé les rythmes horizontaux et verticaux pour reprendre les codes architecturaux de la cité bordelaise. Les premiers permis de construire seront déposés en juin 2017.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X