Immobilier

Mipim 2015 : les projets hétéroclites des villes françaises

Mots clés : Communication - marketing - Etat et collectivités locales - Gestion et opérations immobilières - Marché de l'immobilier

A chaque projet correspond une volonté politique. Lors du Mipim, les collectivités locales ont mis en avant des programmes immobiliers très différents. D’un côté Lyon, dont l’objectif consiste à conforter sa place de deuxième marché de l’immobilier tertiaire. A l’opposé, il y a Grenoble sans projet à présenter mais avec une forte volonté de nouer des contacts, et de faire du marketing territorial.

Lyon : Gecina achète Sky 56, Intercontinental s’installe à l’Hôtel-Dieu

 

La métropole de Lyon a présenté Sky 56, un immeuble de bureaux de 30 700 m² sur 13 niveaux situé dans le quartier de la Part Dieu. Le bâtiment sera co-construit par Icade promotion et Cirmad qui ont pré-loué 25% des surfaces du bâtiment. L’édifice fait l’objet d’une promesse de VEFA (vente en l’état futur d’achèvement) par Gecina pour 136 millions d’euros (soit 4 164 euros du mètre carré hors parking). Pour l’investisseur, « cette opération devrait dégager un rendement net potentiel proche de 7% », indique la métropole.

Dans le quartier de la Part Dieu, « le taux de vacance oscille autour de 4%, il va falloir construire plus », signale Gérard Collomb, président (PS) de la métropole de Lyon. Et de rajouter : « 650 000 m² de bureaux seront construits » dans le cadre du projet de régénération du quartier d’affaires. D’ici la fin de l’année 2015, Incity (44 145 m²), Terralta (10 000 m²) et deux autres bâtiments de bureaux (Saint-Sacrement, 2 200 m², et Récamier, 4 300 m²) devraient être livrés. En début d’année 2015, les Lyonnais ont également assisté au lancement des travaux de Silex 1 (11 500 m²).

En outre, l’ouverture d’un hôtel 5 étoiles à l’Hôtel-Dieu a été confirmée pour 2017 par le groupe Intercontinental. Le complexe devrait se composer de 145 chambres, d’un centre de congrès et de conférences de près de 1 000 m² et d’une brasserie. Intercontinental a également fait savoir qu’il pourrait candidater pour obtenir l’appellation « palace ».

 

Bordeaux : Alain Juppé donne un coup de pouce à Brazza

 

Alain Juppé, président (UMP) de la métropole de Bordeaux a fait la promotion du quartier Brazza à Bordeaux (2,7 hectares). Le projet, déjà connu, devrait comporter 5 000 m² de bureaux, des locaux artisanaux (26 500 m² ), des hôtels (8 000 m² ), et environ 400 logements (26 500 m²) dont le prix devrait varier entre 2 100 et 2 400 euros par mètre carré. « Sur ce quartier, on veut attirer des propriétaires occupants », indique la collectivité locale.

 

Calais : l’agglomération veut retenir les touristes et les marchandises

 

Quelques 60 millions de marchandises et 30 millions de touristes passent à Calais. Mais ils ne s’y arrêtent pas. « Nous allons mettre en place une stratégie autour du tourisme et de la logistique pour les retenir », indique Philippe Blet, président de la communauté d’agglomération du Calaisis. Sur le territoire, la collectivité locale souhaite développer un centre de congrès (le contrat de partenariat est en cours de finalisation), un parc d’attraction (la collectivité recherche des investisseurs), un éco-quartier, ainsi qu’un projet de golf à la place de l’ancien centre d’accueil de Sangatte.

 

Grenoble : faire acte de présence, et nouer des contacts

 

Pas de projets immobiliers présentés cette année par Grenoble. « Le projet principal, Grenoble Presqu’île – Giant est en cours de livraison. 50% des immeubles ont déjà été livrés, le reste le sera dans les deux ans à venir », indique Christophe Ferrari, président (PS) de Grenoble Alpes Métropole. Pourquoi être à Cannes alors ? « A partir du moment où vous êtes une métropole, vous devez être présent au Mipim, il faut être dans le viseur des investisseurs, nous faisons du marketing territorial », explique Jean Vaylet, président de la CCI de Grenoble.

 

Saint-Nazaire : redynamiser le centre-ville

 

« La priorité des élus, c’est la redynamisation du centre-ville, pour y parvenir, nous allons concentrer l’offre commerciale dans un territoire restreint », assure-t-on sur le stand de Saint-Nazaire partagé avec Angers, Nantes, Rennes et Brest sur le stand Loire-Bretagne. En plein centre-ville, la place du commando sera rénovée « pour accueillir des restaurants, des cafés et des activités de loisirs »

 

Dijon : « remplir » et financer la cité internationale de la gastronomie et du vin

 

La cité internationale de la gastronomie et du vin devrait sortir de terre à Dijon d’ici la fin de l’année 2017 ou le début de l’année 2018. Devrait, car le Grand Dijon doit trouver des financeurs et des acteurs intéressés par une installation sur le site de 6,5 hectares. Un hôtel 4 étoiles devrait y être bâti (90 chambres), 640 logements pourraient émerger de terre et 6 000 mètres carrés composeront le pôle culture, formation et conférences du site.  

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X