Entreprises de BTP

Ministre consensuelle, Sylvia Pinel adresse ses derniers vœux aux acteurs de la construction

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gouvernement

Sur le départ, certainement dans quelques semaines, Sylvia Pinel, appelée à de nouveaux desseins, a adressé, mercredi 27 janvier, pour la dernière fois ses vœux aux acteurs de la construction et du logement. Des vœux teintés d’une certaine émotion chez la ministre bien sûr, mais aussi chez les professionnels, venus nombreux, qui apprécient sa méthode partenariale basée sur l’incitation et le rassemblement plutôt que la contrainte.

Elue première vice-présidente de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées le 4 janvier, en charge de l’Aménagement du Territoire, des Nouvelles Technologies et des politiques contractuelles, Sylvia Pinel quittera bientôt son ministère. Pour ses derniers vœux aux acteurs de la construction et du logement, la ministre a voulu dresser un bilan des actions menées lors des deux dernières années. « A travers les grands chantiers que j’ai initiés et accompagnés, je voudrais donc partager avec vous l’ambition qui a été et qui demeure la mienne : pour l’accès au logement de nos concitoyens, pour la mixité sociale, pour fluidifier les parcours résidentiels, pour des villes, des quartiers et des villages harmonieux, où il fait bon vivre. Toutes ces questions autour de la vie quotidienne de nos concitoyens sont au cœur de nos préoccupations, de nos responsabilités ou de nos engagements », a indiqué Sylvia Pinel en préambule de son discours.
Si les résultats de ses actions commencent à porter leurs fruits, la ministre les impute avant tout à sa méthode et sa volonté « de rassembler plutôt que d’opposer pour trouver des solutions équilibrées et consensuelles ». «J’ai en effet la conviction que l’on ne peut mener une réforme, contre ou sans ceux qui sont en charge de la conduire et de l’appliquer, sur le terrain », a-t-elle ajouté.
Et c’est bien cette méthode et la façon dont la ministre agit pour restaurer la confiance et privilégier le dialogue qui sont tant appréciées par l’ensemble des acteurs.

Parmi les mesures à son actif qui enregistrent les premiers résultats tangibles, le dispositif d’investissement locatif intermédiaire qui porte son nom, entré en vigueur en janvier 2015, le renforcement du secteur de l’accession à la propriété à travers l’amélioration du PTZ dans le neuf et l’ancien, ou encore la simplification des normes de construction (48 sur les 50 prévues sont effectives).

 

Projet de loi « égalité et citoyenneté » au programme de 2016

 

« Mais 2016 doit nous permettre d’aller plus loin », affirme la ministre qui a préparé un projet de loi « égalité et citoyenneté », présenté en conseil des ministres en mars pour un examen au Parlement, au printemps. Ce texte prévoit notamment de réformer la politique d’attribution des logements sociaux, la fixation des loyers, et une meilleure répartition du parc social dans les territoires. « Il permettra par exemple de faciliter l’accueil des ménages les plus défavorisées dans les quartiers attractifs », détaille-t-elle. Il vise aussi le recentrage des obligations SRU sur les territoires où la pression de la demande de logement social est la plus forte et le renforcement des sanctions applicables pour les communes carencées. L’objectif de ce texte est « un rééquilibrage social des territoires et un renforcement de la mixité sociale à l’échelle de chaque quartier et de chaque immeuble ».

Avec son ambition de porter haut et fort un aménagement équilibré des territoires, la ministre a rappelé la revitalisation de 54 centres-bourgs qui s’amplifiera en 2016 avec une enveloppe de 300 millions d’euros, sur le milliard d’euros supplémentaire en faveur de l’investissement local, mais aussi le travail engagé sur les espaces périurbains, pour une meilleure prise en compte de leurs spécificités. « La démarche que nous avons initiée cet automne, avec le soutien du Premier Ministre, est particulièrement innovante, a-t-elle indiqué. Elle vise à placer au cœur de notre approche la parole et les aspirations des habitants. Elle se poursuivra en 2016, avec le « lab périurbain » et avec les ateliers territoriaux de l’ingénierie locale.

En conclusion, Sylvia Pinel a levé un coin de voile sur ce que sera son année 2016 : « L’Etat doit jouer un rôle fondamental d’accompagnateur, d’incitateur, de facilitateur et d’harmonisation… C’est cette vision et ce travail en commun qui – j’en suis persuadée – permettra de retisser les liens entre nos concitoyens, de renouer avec la cohésion et la fraternité. Cette fraternité qui est la condition d’une République qui protège et qui fait vivre ses valeurs. Une République où chaque individu a le sentiment d’appartenir à la communauté nationale. C’est à cette noble tâche que, dans les responsabilités qui seront les miennes, je consacrerai mon action et mon énergie, en 2016 ; et je sais pouvoir compter sur votre implication à tous pour incarner cette volonté dans tous nos territoires ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X