Aménagement

Michel Delebarre critique le « double langage » du gouvernement sur le logement social

Le président de l’Union sociale de l’habitat (USH), Michel Delebarre, a jugé mardi que l’Etat ne pouvait pas tenir un « double langage » en poussant à la construction de HLM et dans le même temps en ne cédant ses terrains qu’au « plus offrant ».

« L’Etat ne peut avoir un double langage: nous pousser à développer l’offre sociale tout en cédant ses propres terrains et immeubles au plus offrant », a lancé le député-maire PS de Dunkerque.
« A très court terme (…), l’Etat doit montrer l’exemple en consacrant une part significative des terrains ou de l’immobilier dont il dispose et qu’il vend au logement social », a-t-il expliqué en ouverture du congrès de l’USH qui se tient à Nantes pour trois jours.

Qualifiant ce dossier du foncier de « nécessaire » et d' »urgent », M. Delebarre a indiqué qu’il interpellerait le ministre de la Cohésion sociale et du Logement Jean-Louis Borloo sur ce sujet précisément jeudi.
« Nous ne produirons du logement social de qualité que si nous disposons des terrains pour l’y implanter dans des conditions financières adaptées », a-t-il poursuivi, citant les propriétés de Réseau Ferré de France (RFF), du ministère de l’Equipement ou de la Défense.
Le président de l’USH a par ailleurs déploré que l’aide personnalisée au logement (APL) ait été « sacrifiée » au détriment des familles les plus modestes.
Enfin, M. Delebarre a plaidé pour le maintien des conditions d’aide de l’agence nationale de rénovation urbaine (ANRU).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X