Entreprises de BTP

« Mettons en place la taxe carbone, et la rénovation du parc existant avancera plus vite », Fabrice Bonnifet, Bouygues

Mots clés : Démarche environnementale - Entreprise du BTP - Fiscalité

« Précurseur de la construction basse consommation », le géant du BTP participe aujourd’hui « activement » à « la mise au point des exigences de performances qui définiront la RBR 2020″. Pour autant, « le véritable enjeu ne porte pas sur le neuf », « mais sur la rénovation de l’existant », fait valoir Fabrice Bonnifet, directeur développement durable de Bouygues.

La France s’apprête à accueillir la COP 21, comment comptez-vous participer à cet événement ?

Fabrice Bonnifet : Dans la perspective de la COP 21, nous avons lancé un blog, Bouygues DD, qui présente des « solutions » que nous savons d’ores et déjà mettre en œuvre pour lutter contre les effets du dérèglement climatique, solutions que nous avons également exposées au World Efficiency. Et nous serons bien évidemment présents sur la Galerie des Solutions organisée au Bourget. Cela fait une quinzaine d’années que le groupe Bouygues a mis en place une stratégie de développement durable orientée business, dans l’idée de faire évoluer ses produits notamment vers des produits bas carbone, et aujourd’hui, notre savoir-faire en la matière est globalement reconnu par l’ensemble des parties prenantes.

 

Comment anticipez-vous la mise en place de la future réglementation qui s’appliquera à l’horizon 2020, et qui devrait dépasser les seules caractéristiques thermiques du bâti [dénommée de fait Réglementation bâtiment responsable par le Plan bâtiment durable] ?

F.B. : Cette réglementation va pousser les constructeurs vers le standard Bepos – qui vise une consommation théorique très basse de l’ordre de 15 kWh ep/m2/an, couplée à une production d’énergies renouvelables. Or, nous sommes déjà en mesure de concevoir ce type de bâtiment : c’est un standard que nous appliquons à nos productions tertiaires, sur lesquelles, surface oblige, il est pour l’heure plus facile d’amortir une installation de production d’énergie renouvelable de type panneaux photovoltaïques. Mais compte tenu de l’évolution des coûts de production de ces panneaux, nous serons tout à fait prêts, en temps voulu, à mettre en œuvre ce standard sur des opérations de logements où la surface disponible pour l’installation des panneaux est souvent plus contrainte.

Nous étions déjà précurseurs de la construction basse consommation : à l’époque du Grenelle de l’environnement, nous avions inspiré l’élaboration du label BBC, puis de la RT 2012, dont Bouygues Immobilier a d’ailleurs anticipé la mise en place d’une année. De la même manière, nous participons activement à la mise au point des exigences de performances qui définiront la RBR 2020. En réalité, le véritable enjeu ne porte pas sur le neuf, car ce qui se fait aujourd’hui est largement à la hauteur de ce qu’il faut faire pour tenir le facteur 4, mais sur la rénovation de l’existant. Il faut trouver le moyen de financer la rénovation du parc de logements, arriver à convaincre les copropriétés, les propriétaires diffus… Or, aujourd’hui, les mécanismes incitatifs sont insuffisants.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X