Profession

Menaces sur les missions du CAUE de Loire-Atlantique

Mots clés : Architecture - Urbanisme - aménagement urbain

Le conseil aux particuliers, mais aussi les nombreuses actions de sensibilisation à l’architecture, l’urbanisme et l’environnement (expositions, publications, prix, etc.) pourraient faire les frais d’une brutale baisse du budget du CAUE de Loire-Atlantique. Une pétition invite les internautes à défendre ces missions menacées.

Le CAUE de Loire-Atlantique va-t-il connaître le même sort que son voisin du Maine-et-Loire où 13 des 19 postes ont été supprimés cet été après la chute de 25% de la subvention du conseil départemental ? Pas impossible car, selon nos informations, le conseil départemental de Loire-Atlantique devrait annoncer une baisse presque équivalente de ses subventions lors de la prochaine assemblée générale du CAUE, le 8 décembre prochain.

 

Une taxe très convoitée

 

La situation n’est heureusement pas comparable car le CAUE de Loire-Atlantique est en meilleure santé financière (le CAUE 49 accusait un déficit de 500 000 euros en 2014). Reste que comme bon nombre de CAUE en France, ce dernier pourrait faire les frais de la situation financière difficile que traversent quasiment tous les départements. Rappelons que depuis une réforme de 2002, les départements ont la possibilité de répartir comme ils l’entendent la taxe d’aménagement sur les permis de construire (autrefois fléchée vers les CAUE) entre la protection des espaces naturels sensibles et les CAUE. Inutile de dire qu’à l’heure où l’argent public se fait rare, le montant de cette taxe est très convoité… au grand dam des CAUE.

 

Les particuliers exclus

 

Ainsi, en Loire-Atlantique, l’association issue de la loi de 1977 sur l’architecture a déjà rejoint une nouvelle structure départementale: Loire-Atlantique développement. Cette agence regroupe donc le CAUE, la Société d’équipement de Loire-Atlantique (Sela), le Comité d’expansion économique de Loire-Atlantique (Codela) et Loire-Atlantique tourisme. Sa mission: «assurer la promotion de la Loire-Atlantique et accompagner efficacement les porteurs de projets publics et privés».

Mais les petits porteurs de projets semblent en être exclus puisque le conseil départemental envisage de supprimer une des missions majeures du CAUE: le conseil au particulier. Les postes de 8 architectes qui assuraient ce rôle à temps partiel dans l’ensemble du département pourraient donc disparaître.

Une pétition a été lancée sur Internet pour défendre cette mission essentielle du CAUE.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X