Emploi / Formation

Matériels de BTP cherchent mécaniciens pour maintenance et plus si affinités

Mots clés : Droit du travail - Entreprise du BTP - Matériel - Equipement de chantier

Tractopelles, bulldozers, nacelles et autres chariots élévateurs cherchent bons soins contre CDI. Les distributeurs, loueurs et réparateurs de matériels de BTP et de manutention ne savent plus quoi faire pour attirer les jeunes et moins jeunes vers les métiers de la maintenance. Avec 1 500 postes à pourvoir chaque année pour à peine 1 000 personnes formées, le tout couplé à une nette reprise des activités, la pénurie en mécaniciens spécialisés dans les engins du BTP se fait de plus en plus sentir. Ce qui pourrait rapidement se répercuter sur les chantiers.

«Nous ouvrons trois agences par an. Nos besoins en mécaniciens sont grandissants. Par exemple nous avons aujourd’hui six postes à pourvoir sur l’ensemble de la France alors que nous prenons tous les ans des jeunes en alternance», met en avant Barbara Thesse, DRH de Salti, entreprise nordiste de location de matériel de chantier à destination uniquement des professionnels (36 agences, 350 collaborateurs, 72 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016). Et ce constat est le même dans toutes les entreprises du secteur des matériels de construction et de manutention qui représentent, à l’échelle nationale, 11 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 43 263 salariés.

 

Formations et métiers restent méconnus

 

«Cette filière embauche. L’alternance fonctionne bien mais trop peu de jeunes choisissent ces formations et métiers qui restent méconnus. De plus avec le Grand Paris et les JO en 2024 les besoins vont s’accroître encore», souligne Hervé Rebollo délégué général de la fédération des matériels de construction et de manutention (DLR) qui a entamé un tour de France pour faire connaître ces métiers et leur intérêt.

 

Un des premiers marchés d’Europe

 

«La France est l’un des premiers marchés d’Europe dans l’utilisation de matériel de travaux publics, soit entre 17 et 20% du marché. Elle est également l’un des premiers producteurs européens. Ce dynamisme ouvre de nombreuses», souligne le délégué général. Reste que ces métiers sont quasi-inconnus en dehors d’un cercle d’initié. A peine 1 000 diplômés (du CAP à la licence professionnelle) sortent chaque année des lycées professionnels et CFA qui peinent à recruter.

«Suite à ma formation en maintenance industrielle, j’ai eu du mal à dénicher la formation en hydraulique que j’ai effectuée. Nous n’étions que cinq et, du coup, la formation n’a pas rouvert cette année», regrette Louis Florent, techniciens de maintenance et embauché en CDI chez Salti suite à sa formation en hydraulique réalisée en alternance. «Ce type de métiers est peu mis en avant et très peu fléché su moment des orientations. C’est vraiment dommage. Le métier n’est absolument pas routinier» ajoute Thomas Damarez, lui aussi technicien de maintenance chez Salti.

 

Bien rémunéré et évolutif

 

«Nous travaillons beaucoup avec l’institut Nicolas-Barré à Armentières qui forment des jeunes en alternance mais eux aussi ont du mal à faire le plein de jeunes. Pourtant le métier est intéressant bien rémunéré et évolutif. Il est beaucoup plus complet que dans le secteur automobile avec aujourd’hui de moins en moins de mécanique mais plus d’électronique et d’hydraulique. Nous formons les jeunes dans nos ateliers dans le Nord et ensuite s’ils le souhaitent ils peuvent rapidement bouger sur toute la France et/ou aussi évoluer dans leur métier en devenant chef mécanicien, chef d’agence voire technico-commercial», souligne Barbara Thesse. «Le métier ouvre aussi des perspectives à l’international», ajoute Hervé Rebollo qui constate que la profession souffre d’un gros déficit d’image avec de surcroît une quasi-inexistence des femmes dans ces formations.

 

Focus

Chiffres clefs du secteur des matériels du BTP sur les Hauts-de-France

43 entreprises de distribution de matériel de BTP: CA 39O millions d’euros; 7OO salariés.

112 entreprises de Location de matériel de BTP: CA 3OO millions d’euros; 2 49O salariés.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X