Industrie/Négoce

Matériaux de construction : après la fusion LafargeHolcim, HeidelbergCement s’empare d’Italcementi

Mots clés : Industriels du BTP - Produits et matériaux

Quelques jours après la fusion entre Lafarge et Holcim, l’allemand HeidelbergCement vient d’annoncer une OPA sur son concurrent italien Italcementi. Les deux groupes de matériaux de construction ambitionnent de se positionner en tant que numéro un mondial dans les agrégats et numéro deux dans le ciment.

La concentration du secteur européen des matériaux de construction est bel et bien en marche. Quelques jours après l’officialisation de la fusion tant attendue entre les deux poids lourds Lafarge et Holcim, c’est entre un Allemand et un Italien que la consolidation se poursuit.

Le 28 juillet au soir, dans un communiqué surprise, le groupe HeidelbergCement a annoncé avoir conclu un accord pour prendre le contrôle de son concurrent Italcementi. Selon les termes de l’accord, HeidelbergCement va d’abord racheter 45% du capital d’Italcementi pour 1,67 milliard d’euros, soit 10,60 euros par action. Dans un deuxième temps, probablement en 2016, le groupe allemand lancera une offre publique d’achat (OPA) pour les 55% d’Italcementi restants. Il financera l’OPA grâce à un prêt bancaire de 4,4 milliards d’euros.

 

16,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires combiné

 

« Italcementi et HeidelbergCement sont deux entreprises qui opèrent dans ce secteur depuis plus d’un siècle et demi ». Ce mariage constitue un « choix qui voit loin, garantissant la continuité et la croissance des deux entités », a justifié le président de Italcementi, Giampero Pesenti, cité dans le communiqué. Des synergies d’au moins 175 millions d’euros par an sont attendues d’ici à 2018, est-il indiqué.

L’acquisition d’Italcementi (4,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014 et un Ebitda de 649 millions d’euros) va « ajouter des actifs de valeur au portfolio d’HeidelbergCement », décrit le communiqué, notamment grâce à la forte présence du groupe italien en France, en Italie, aux Etats-Unis et au Canada, et à ses positions dans les pays émergents tels que l’Inde, l’Egypte, le Maroc et la Thaïlande.

Une fois unis, HeidelbergCement et Italcementi pèseront 16,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires combiné (1), avec une capacité de production de 200 millions de tonnes de ciment, 275 millions de tonnes d’agrégats et 49 millions de mètres cube de  béton prêt à l’emploi, dans 60 pays. Ils ambitionnent de se positionner en tant que numéro un mondial dans les agrégats, numéro deux dans le ciment et numéro trois dans le BPE.

(1) A titre de comparaison, le groupe LafargeHolcim affiche un chiffre d’affaires net combiné d’environ 27 milliards d’euros, et le groupe CRH pèsera 24 milliards d’euros de chiffre d’affaires une fois l’acquisition des actifs de LafargeHolcim totalement bouclée à la fin de l’année.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X