Entreprises de BTP

Martine Pinville tente de rassurer la FFB sur l’auto-entreprise

Mots clés :

Artisanat

-

Établissement recevant du public (ERP) ou assimilé

-

Création d'entreprise

La secrétaire d’Etat en charge de l’Artisanat était invitée jeudi 21 janvier au bureau mensuel de la Fédération française du Bâtiment.

Venue assister au bureau mensuel de la FFB le 21 janvier pour présenter à nouveau le plan d’urgence pour l’emploi annoncé le 18 janvier par le président de la République, la secrétaire d’Etat en charge de l’Artisanat Martine Pinville a surtout dû rassurer les professionnels réunis sur la réforme du statut de l’autoentrepreneur.

« Nous voulons affiner encore ce dispositif et franchir une nouvelle étape pour fluidifier les parcours de croissance. Il ne s’agit pas de revenir sur le régime de la microentreprise, mais de corriger ce qui peut l’être pour le rendre encore plus cohérent » a déclaré Martine Pinville.

Sur le sujet des qualifications dans le Bâtiment, la secrétaire d’État a annoncé qu’il n’était pas question de les supprimer sans tenir compte des objectifs essentiels de santé et de sécurité. « Nous voulons opérer un travail de clarification lorsque cela a du sens, mais à aucun moment nous ne voulons supprimer les qualifications professionnelles. Dès lors que la sécurité et la santé des consommateurs et des professionnels seront en jeu, l’exigence de qualifications sera maintenue.»

Enfin, la problématique de la fraude au travail détaché a été abordée. Martine Piville a rappelé que la loi  pour  la  Croissance,  l’activité  et  l’égalité  des  chances  économiques  a  considérablement augmenté les amendes en cas de fraude (jusqu’à 500.000 euros maximum), a prévu la possibilité de suspendre les prestations jusqu’à un mois en cas de manquements à certaines obligations légales et a introduit une obligation de carte professionnelle pour les travailleurs du bâtiment.

« Les mesures du récent plan emploi peuvent dégripper l’emploi dans notre secteur seulement s’il y a une cohérence d’ensemble dans les annonces du gouvernement », a souligné Jacques Chanut, le président de la FFB. « La plus grande d’entre elles serait de sortir le Bâtiment du champ de l’auto-entreprise et de ne pas toucher à la qualification professionnelle. »

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X