Chantiers

Marquage routier : une possible pénurie de dioxyde de titane pourrait perturber les livraisons

Mots clés : Entreprise du BTP - Établissements industriels, agricoles, ICPE - Etat et collectivités locales - Travaux publics

Plusieurs facteurs conjugués – parmi lesquels la destruction d’une usine de production par un incendie en janvier dernier – menacent l’approvisionnement mondial en dioxyde de titane (TiO2). La possible pénurie de ce colorant, qui entre dans la composition des produits de marquage routier, pourrait impacter les entreprises de travaux publics et les collectivités locales.

En apparence relativement anodin, l’incendie qui a ravagé, en janvier dernier, l’usine finlandaise du groupe chimique américain Huntsman pourrait avoir des répercussions technico-économiques sur les entreprises de travaux publics et les collectivités locales françaises. Et pour cause : « l’usine incendiée, d’une capacité de production de 130 000 tonnes par an, couvrait 10 % des besoins européens en dioxyde de titane (TiO2), un pigment de synthèse utilisé comme colorant pour le marquage routier », indique Julien Vick, délégué général du Syndicat des équipements de la route (SER). Qui ajoute : « Cette situation pourrait...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X