Construction Numérique

Maquette numérique : comment le format BCF peut faciliter les échanges de fichiers

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide

Mis en point en 2009 et certifié par Building Smart International en 2010 pour la première fois, le « BIM collaborative format » ou BCF ne concerne encore que peu d’utilisateurs de la maquette numérique. Pourtant, l’intérêt de ce « post-it » virtuel est certain.

Qu’est-ce que le BCF ? Derrière ce nom de code se cache potentiellement l’un des moyens de faciliter l’accès au Building information modeling (BIM) pour le plus grand nombre. Pour l’instant, le moyen le plus courant pour échanger des informations liées à une maquette numérique consiste à partager des bases de données ainsi que des informations géométrique en trois dimensions. Il s’agit donc de fichiers volumineux, longs à transférer. « C’est pourquoi en 2009, deux éditeurs de logiciels, Tekla et Solibri, ont mis au point le BIM collaborative format (BCF) afin de n’échanger qu’une partie des informations », commente Antoine Favreau, directeur technique chez FinalCad. Au lieu d’échanger des fichiers lourds, les échanges ne concernent plus que des commentaires sur des objets, dans une logique de « post-it » numériques.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X