Entreprises de BTP

Manifestation pour la retraite à 55 ans dans le BTP

Plusieurs centaines de salariés du BTP (2.000 selon les organisateurs, 700 selon la police) ont manifesté lundi à Paris à l’appel de la CGT, pour exiger la « retraite à 55 ans » en raison de la pénibilité de leur travail, a constaté l’AFP.

Point d’orgue de la « semaine d’action sur l’emploi, les salaires, la pénibilité et la retraite à 55 ans » dans le BTP lancée par la seule CGT, cette manifestation nationale est partie à 13h30 de la place de l’Alma pour se rendre devant la Chambre nationale du Bâtiment dans le 16e arrondissement.
Là les manifestants venus de toute la France à bord d’une quinzaine de cars, devaient ériger un mur de briques pour dénoncer le « mutisme » de la fédération patronale de la branche (FFB).
« Le Medef vient de nouveau de reporter la réunion de négociation sur la pénibilité prévue initialement le 2 mai et aujourd’hui nous sommes face à un mur patronal que nous avons voulu symboliser ici », a déclaré Eric Aubin, secrétaire de la fédération CGT-construction.
M. Aubin a ajouté que la CGT souhaitait « la reconnaissance de la pénibilité dans un secteur (le BTP) où l’espérance de vie est inférieure de 7 ans à celle d’un cadre et, donc, la mise en place de la retraite à 55 ans ».
Selon la CGT « il s’agirait d’une mesure d’équité, de justice sociale, qui permettrait de modifier l’image d’une profession bien ternie par les conséquences de politiques menées depuis des décennies » a souligné le responsable cégétiste.
La CGT demande également « des emplois stables » dans le BTP, qui « emploie 135.000 intérimaires », et une « revalorisation de 20% des salaires », a précisé M. Aubin, évoquant le cas d’un « salarié hautement qualifié qui après 15 ans d’ancienneté ne perçoit que 1.250 euros net par mois ».
AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X