Chantiers

Ma Samaritaine, les grands magasins disparus en photo

Alors que le vaste chantier de rénovation des grands magasins a finalement démarré, une exposition propose, jusqu’au 20 décembre, le regard de sept photographes contemporains sur La Samaritaine dans sa période transitoire : après la fermeture et avant les travaux.

C’est une plongée dans un monde en transition que propose la troisième édition de l’exposition photographique « »Ma Samaritaine ». Jusqu’au 20 décembre, au 67/73 rue de Rivoli à Paris, l’exposition met en lumière sept photographes contemporains.

Mickael Ackermann, Pierre-Olivier Deschamps, JH Engström, Sarah Moon, Georges Rousse et le duo Yves Marchand et Romain Meffre ont investi les lieux vides avant leur réhabilitation. Tous ont posé un regard très personnel sur l’immense espace commercial alors qu’il était déserté par les clients et pas encore investi par les ingénieurs et ouvriers. Un entre-deux disparu depuis la validation du projet par le Conseil d’Etat en juin 2015 suivie du lancement des travaux par Vinci. « Aujourd’hui, ces images sont déjà des documents, explique le commissaire de l’exposition Christian Caujolle. La transformation est en marche, qui les rend pour la plupart impossibles à refaire. »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X