Transport et infrastructures

Lyon-Turin : Spie Batignolles réalisera les ouvrages de reconnaissance de la descenderie de Saint-Martin-la-Porte

Mots clés :

Entreprise du BTP

-

Etat et collectivités locales

-

Matériel - Equipement de chantier

-

Ouvrage d'art

-

Travaux publics

Spie Batignoles TPCI, avec Sotrabas, Eiffage TP, Ghella, CMC di Ravenna et Cogeis, remporte le marché lancé par Lyon Turin Ferroviaire. Il s’agira notamment de construire une galerie de 9 km dans l’axe et au diamètre du futur tube sud du tunnel transfrontalier.

Le projet de nouvelle ligne ferroviaire entre Lyon et Turin vient de franchir une nouvelle étape essentielle. Le marché de réalisation de la galerie de Saint-Martin la Porte a été signé le 14 mai par Lyon Turin Ferroviaire (LTF), maître d’ouvrage des études et travaux de reconnaissance de la section transfrontalière de la nouvelle liaison Lyon-Turin, conformément aux orientations fixées par François Hollande et le président du Conseil italien lors du sommet de Rome du 20 novembre 2013. 

Le marché qui vient d’être signé achèvera les travaux de reconnaissance de l’opération. Il porte sur la réalisation d’ouvrages de reconnaissance à partir de  « la descenderie » déjà réalisée de Saint-Martin-la-Porte, en Savoie. Ce marché a été attribué dans le cadre d’un processus de mise en concurrence européenne, engagé par LTF fin 2012. Il a été signé avec le groupement Spie Batignolles TPCI, Sotrabas, Eiffage TP, Ghella, CMC di Ravenna et Cogeis. Spie Batignolles est le mandataire du groupement.

Ce nouveau marché attribué à Saint-Martin est constitué pour l’essentiel d’une galerie de reconnaissance,  d’environ 9 kilomètres, qui sera excavée en direction de l’Italie par un tunnelier, dans l’axe et au diamètre du futur tube sud du tunnel transfrontalier. Ce nouveau chantier viendra compléter les 9 kilomètres de « descenderies », galeries d’accès au futur tunnel transfrontalier, déjà réalisées sur le versant français entre 2002 et 2010. Côté italien, la galerie de reconnaissance de la Maddalenna est en cours de percement.

 

Huit ans de chantier

 

 
La réalisation de ces ouvrages représente une étape importante dans le calendrier de la nouvelle liaison ferroviaire et marque la reprise, à partir de début 2015, des travaux côté français. Ils permettront de mieux connaître un secteur à la géologie délicate, sur un tronçon important de la future ligne Lyon-Turin, dans la perspective de son engagement. Il est prévu de réaliser ce nouveau chantier de Saint-Martin-la-Porte sous huit ans.
En amont de ces nouveaux travaux, LTF a réalisé divers sondages dans le secteur de Saint-Martin-la-Porte au cours des derniers mois. Par ailleurs, début février 2014, LTF a réceptionné les travaux de raccordement électrique, destinés à alimenter le futur chantier qui aura besoin d’une puissance de 20 Mégawatts, notamment pour faire fonctionner le futur tunnelier. Ces travaux de raccordement électrique ont été menés par Synergie Maurienne, Syndicat intercommunal, distributeur local d’électricité.

Les promoteurs du Lyon-Turin sont quant à eux en train de constituer leur dossier de candidature pour bénéficier des subventions européennes, qui pourraient couvrir jusqu’à 40% du coût de la partie transfrontalière du projet, évaluée à 8,5 milliards d’euros. La limite de remise des dossiers a été fixée à février 2015.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X