Chantiers

Lyon : la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu à mi-parcours [Visite]

Mots clés : Conservation du patrimoine - Rénovation d'ouvrage - Toiture

Le chantier lancé en 2015 a dépassé 50 % d’avancement. Ce monument historique inscrit au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco a subi une cure complète de ses murs, planchers et toitures. En 2019, il deviendra un pôle d’activités commerciales et tertiaires majeur au centre de la ville.

Site de 2,2 ha au cœur de Lyon, implanté rive droite du Rhône il y a huit siècles, lieu emblématique puisqu’un lyonnais sur deux y serait né, l’Hôtel-Dieu, fermé en 2010, renaît.

Mené pour les Hôpitaux de Lyon, propriétaire, dans le cadre d’un bail à construction de 99 ans attribué au groupe Eiffage, le projet de réhabilitation, requalification urbaine et réaffectation, sous la maîtrise d’œuvre de Claire Bertrand et Albert Constantin (cabinet AIA Associés) en est aujourd’hui à plus de 50 % d’avancement de travaux. Les boutiques et commerces commenceront à s’y installer début juillet, et les premières ouvertures sont prévues pour la fin d’année.

Qualifié de plus grande opération privée de reconversion d’un monument historique en France, le chantier du Grand Hôtel-Dieu porte sur 51 500 m² de plancher, dont 40 000 réhabilités et 11 500 neufs.

Outre son envergure et ses exigences en termes de qualité – un hôtel 5 étoiles, des bureaux, la reconstitution de places publiques, une redynamisation du quartier… –, ce chantier s’est avéré complexe. Au fil des travaux, neuf campagnes de fouilles archéologiques ont été menées. Les parois, planchers et charpentes en bois ont été intégralement sondés, curés, désamiantés, restaurés, renforcés, mis en conformité avec la réglementation incendie… pour redonner vie aux espaces tout en mettant en valeur ce patrimoine. Les équipes des différentes filiales d’Eiffage ont dû constamment s’adapter aux surprises du lieu.

Si 30 % du site est constitué de bâtiments neufs – essentiellement, la partie tertiaire – et impérativement construit selon la réglementation thermique 2012, les concepteurs font aussi en sorte d’atteindre un niveau de consommation énergétique proche dans les surfaces anciennes. Parmi les leviers pour y parvenir figure le changement ou la restauration des 1 400 menuiseries extérieures…

Ce chantier d’un montant d’investissement de quelque 180 M€ doit être livré fin 2018, avec une ouverture de l’hôtel prévu au premier trimestre 2019. A l’exception de la Cité internationale de la gastronomie et des logements, le site a été cédé par Eiffage au Crédit Agricole pour la durée du bail. Nouveau pôle d’attraction local, il devrait attirer 200 000 visiteurs par an.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X