Paysage

Lotissements : architectes et paysagistes unis face aux géomètres

Mots clés : Aménagement paysager - Architecture - Conservation du patrimoine - Etat et collectivités locales - Métier de la construction - Urbanisme - aménagement urbain

Pour se partager les mandats de maîtrise d’œuvre des lotissements, les architectes et les paysagistes défendent conjointement un amendement au projet de loi relatif à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine. La commission mixte paritaire examinera le 15 juin ce texte qui ouvre une voie de coopération inédite entre les deux métiers de la maîtrise d’œuvre.

Catherine Jacquot et Jean-Marc Bouillon, présidents du Conseil national de l’ordre des architectes (Cnoa) et de la Fédération française du paysage, ne cachent pas leur satisfaction à la veille de l’examen d’une nouvelle version de l’article 26 quater du projet de loi relatif à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine (LCAP). « La loi Biodiversité donne aux paysagistes concepteurs le statut d’une profession réglementée. Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce qu’ils signent les permis d’aménager, au même titre que les architectes. Ensemble, nous porterons la responsabilité lourde de transformer les lotissements en projet d’aménagement du territoire », commente la présidente du Cnoa.

 

Pas de seuil

 

Le front commun succède à la polémique suscitée par la mouture précédente du texte : les sénateurs avaient renvoyé au Conseil d’Etat la responsabilité de préciser les qualités requises pour signer un permis d’aménager, après que l’Assemblée avait approuvé une première version réservant cette possibilité aux seuls architectes. « J’ai fait remarquer à Catherine Jacquot qu’un combat solitaire les exposait au soupçon de corporatisme », explique Jean-Marc Bouillon. Les représentants des deux professions ont cimenté leur unité en cantonnant les géomètres dans leur mission technique, en aval de la conception architecturale et paysagère. L’accord entre Catherine Jacquot et Jean-Marc Bouillon s’est également soudé autour du refus d’une surface en dessous de laquelle la mesure ne s’appliquerait pas.

 

De la tactique à la stratégie

 

L’unité tactique entre architecte et paysagistes, dans la bataille législative, éclaire le débat que les seconds s’apprêtent à ouvrir dans un forum en ligne, qui se prolongera en 2017 par des états généraux de la profession : la FFP se donne un an de réflexion pour choisir ses alliés stratégiques, soit dans l’univers de la maîtrise d’œuvre, soit dans l’interprofession du végétal.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X