Social

Loi Travail : les députés adoptent en commission un texte plus favorable aux PME

Mots clés : Gouvernement

La commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a adopté jeudi 7 avril le projet de loi « Travail ». 305 amendements ont été adoptés dont un majeur sur les critères de licenciement économique pour les très petites, petites et moyennes entreprises.

Deux points du projet de loi « visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs », dit « projet de loi Travail » ou « projet de loi El Khomri » concernaient particulièrement les PME et TPE du bâtiment qui s’estimaient être « les grandes oubliées » du texte : les licenciements économiques et la représentativité patronale. Une série d’amendements votés par les députés de la Commission des affaires sociales, qui ont adopté le texte jeudi 7 avril, est venue le rééquilibrer en leur faveur.

 

Licenciement économique : un régime différencié pour les PME et TPE

 

Les députés de la commission des affaires sociales ont adopté un amendement du rapporteur Christophe Sirugue portant sur les critères retenus pour valider un licenciement économique – soit l’article 30 du titre IV « Favoriser l’emploi ». Des critères complétés, avec notamment l’ajout de l’indicateur de la dégradation de l’excédent brut d’exploitation, et différenciés selon la taille de l’entreprise.

Ainsi, pour être justifié, un licenciement économique devra reposer sur le constat d’une baisse « significative » des commandes ou du chiffre d’affaires « en comparaison avec la même période de l’année précédente, au moins égale à un trimestre pour une entreprise de moins de onze salariés, deux trimestres consécutifs pour une société de onze à moins de cinquante salariés, trois trimestres consécutifs pour une entreprise de cinquante à moins de trois cents salariés, et quatre trimestres consécutifs pour une société d’au moins trois cents salariés ».

 

Le nouveau calcul de la représentativité patronale supprimé

 

Dans l’interview qu’il avait accordée au Moniteur.fr fin mars, le président de la Capeb, Patrick Liébus, ne « décolérait pas, contre l’article qui change les règles de calcul de la représentativité patronale ». En effet, le projet de loi dans son article 19, prévoyait comme règle de calcul de cette représentativité une mesure d’audience prenant en compte pour 80% le nombre de salariés et pour 20% le nombre d’entreprises adhérentes, contre un mode de calcul « une entreprise une voix » précédemment.

Les députés ont adopté un amendement supprimant cet article. Un vote qui satisfera certainement la Capeb, mieux représentée dans les petites entreprises.

Par ailleurs, ils ont également validé tous les articles concernant la lutte contre la fraude au détachement de travailleurs.

Le débat en séance publique à l’Assemblée nationale aura lieu le 3 mai.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X