Energie

Loi sur la Transition énergétique: le Sénat s’inquiète pour le patrimoine architectural

Mots clés : Conservation du patrimoine - Démarche environnementale

Alors que les commissions des affaires économiques et du développement durable du Sénat ont entamé leurs travaux préparatoires sur le projet de loi relatif à la Transition énergétique, voilà que la commission de la culture s’est saisie pour avis du texte. La raison : son inquiétude pour le patrimoine architectural.

Après avoir été adopté à l’Assemblée nationale le 14 octobre, le  projet de loi sur la Transition Energétique pour la Croissance Verte sera examiné par les commissions des affaires économiques et du développement durable du Sénat durant la semaine du 19 janvier avant d’être voté en séance publique à partir du 9 février 2015. En attendant les deux commissions ont entamé leurs travaux préparatoires à travers un programme d’auditions. Mais voilà  la commission de la culture du Sénat s’inquiète, dans un communiqué du 19 décembre, des répercussions que pourrait avoir la loi sur la transition énergétique pour le patrimoine architectural. Et se saisit pour avis du texte sur la proposition de sa présidente Catherine Morin-Desailly (UDI-UC, Seine-Maritime). La rapporteure désignée, Françoise Férat (UDI-UC, Marne), commencera son travail d’auditions début 2015.

Quelle est l’origine de cette inquiétude ? Le projet de loi prévoit que les permis de construire ou d’aménager ne pourront interdire la mise en œuvre de travaux d’isolation par l’extérieur d’un bâtiment en saillie des façades ou par surélévation des toitures des constructions existantes (article 3 du titre II). « Si pareille démarche est souhaitable pour une large partie du parc immobilier, elle ne peut s’appliquer systématiquement et uniformément au risque de gommer les spécificités architecturale, géographique et historique de certains bâtiments », souligne la commission qui se dit « favorable à l’amélioration de la performance énergétique », mais « refuse qu’elle se fasse au détriment de la qualité de notre cadre de vie et de la préservation de notre patrimoine ». Succombant au chant des sirènes des associations de sauvegarde du patrimoine, la commission de la culture du Sénat ajoute : « En portant atteinte au patrimoine, la loi sur la transition énergétique serait préjudiciable à l’économie touristique de notre pays, pourtant génératrice d’emplois et de revenus ».

 

Oui certes.

 

Certes, les arguments peuvent s’entendre, mais la mesure prévoit des exceptions : les secteurs sauvegardés, les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager, les sites ou immeubles classés ou inscrits au titre des monuments historiques, etc… En deux mots, elle ne sera pas applicable dans certains secteurs présentant des enjeux architecturaux. Alors cette inquiétude est-elle bien justifiée, au regard des effets qu’elle pourrait produire. L’étude d’impact de cette disposition montre qu’entre 10% et 20% de logements supplémentaires par an pourraient entreprendre une isolation par l’extérieur et la même proportion pour une réfection de toiture avec isolation.

L’Ademe estime, quant à elle, qu’en ce qui concerne les façades, entre 22 000 et 44 000 logements par an seraient concernés par la mesure, soit une économie d’énergie entre 150 et 300 MWh d’énergie primaire et un chiffre d’affaires supplémentaire pour les entreprises compris entre 400 et 800 M€ TTC (de prestations supplémentaires de rénovation de façades avec isolation par l’extérieur). Pour les toitures, elle avance les chiffres de 25 000 et 50 000 logements concernés par an, soit une économie d’énergie entre 60 et 120 MWh d’énergie primaire et un chiffre d’affaires supplémentaire des entreprises compris entre 150 et 300 M€ TTC (de prestation supplémentaires de réfection de toiture avec isolation).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Pourquoi valoriser une technique en particulier ?

    La tradition française était, jusqu’ici, que c’est le matériau constitutif de la façade qui forme le décor de celle-ci. Ce n’est pas qu’une question esthétique : tout l’équilibre structurel, hygrométrique, aéraulique du bâtiment en dépend. Que la tradition change dans le neuf, cela ne pose aucun problème, et tous ces immeubles neufs emballés comme des cadeaux de Noël font très chic, avec leurs ventilations sur le toit en guise de bolduc. Mais dans l’existant, qu’on laisse les professionnels choisir la meilleure solution pour améliorer le bilan thermique des bâtiments ! Quant à l’énergie… le pétrole baisse !
    Signaler un abus
  • - Le

    La beauté du patrimoine Monuments Historiques

    Il est vrai qu’il faut s’en soucier. Mais on devrait se soucier des cas où l’on ne respecte pas la loi Monuments Historiques en vigueur. Je veux parler des publicités dans les « grandes villes » françaises. Je mets des « guillemets » pour les parisiens, parce qu’il faut comprendre ce que « grandes villes » peut dire en France. Bref, des pubs défigurent les mh français, sans que personne ne s’en soucie. Mais il y aussi les particuliers qui agissent et investissent dans programmes MH pour défiscaliser et sauver notre patrimoine. Cf http://www.defiscalisation-monuments-historiques.info/ par exemple.
    Signaler un abus
  • - Le

    un article de loi stupide et contreproductif

    Une loi n’a pas à préconiser des solutions techniques mais doit donner des objectifs. L’ITE peut être une mauvaise solution technique, contreproductive et engendrer des pathologies du bâtiment. L’article augmente l’insécurité juridique en multipliant les dérogations et en imposant une règle potentiellement en contradiction avec d’autres règlements et lois. Enfin, en imposant des travaux lourds, elle risque de rebuter les candidats à la rénovation. Et les remarques sur le patrimoine sont évidentes. Bref, un article stupide à supprimer !!
    Signaler un abus
  • - Le

    Transition Energétique : quelle rentabilité?

    Je suis très surpris par les chiffres que vous donnez dans cet article: investissement toiture 300M€ pour économiser 120MWh ( par an je suppose?). Si on considère un prix de 150€ le MWh soit une économie annuelle de 150*120=18k€/an…. je n’ose pas calculer la durée d’amortissement!!! Je viens de faire refaire l’isolement de la toiture de mon pavillon : 20k€. Je l’ai fait pour en améliorer le confort ( amélioration pas si flagrante que cela…. in fine) mais objectivement je n’en attend pas d’amortissement avant 50 ans!!!! Est-ce que notre gouvernement ne pourrait pas trouver des investissements plus rentables?????
    Signaler un abus
  • - Le

    Inquiétude justifiée au contraire

    Les exceptions sont plus limitées que ce que dit votre article et ne concernent que les secteurs sauvegardés, les immeubles classés ou inscrits et les immeubles protégés dans les PLU en application du 2° du III de l’article L. 123-1-5. C’est ce que dénoncent toutes les associations et les acteurs qui défendent le patrimoine. Alors oui, l’inquiétude est justifiée, car tous les autres bâtiments patrimoniaux sont concernés et pourront se voir défigurés : immeuble haussmannien en alignement, maison de village insérée dans un tissu traditionnel, façade 19e à parement de brique ou mosaïque, maison à colombage située dans une ruelle pittoresque, etc. Et pour quel gain ? Il faut rappeler qu’isoler les combles et remplacer ses fenêtres, c’est déjà réduire de moitié les déperditions énergétiques d’un bâtiment mal isolé.
    Signaler un abus
  • Voir tous les commentaires (5)
    Commenter cet article
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X