Aménagement

Logements sociaux : Bertrand Delanoë prône la manière forte

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a proposé lundi devant le Conseil de Paris que les municipalités ne respectant pas le pourcentage de 20% de logements sociaux prévu par la loi SRU subissent des sanctions « multipliées par cinq ».

Les débats lundi du Conseil ont débuté par une minute de silence à la mémoire des victimes des incendies d’immeubles insalubres, qui ont fait 24 morts fin août boulevard Vincent Auriol (XIIIe) et rue du Roi Doré (IIIe).

Evoquant cette « véritable tragédie », M. Delanoë a affirmé que les évacuations se justifient « lorsqu’il y a un risque vital pour les occupants d’un immeuble », et que « protéger la vie des personnes doit prévaloir sur toute autre considération ». « Mais un autre principe doit prévaloir : pas d’évacuation sans relogement », a déclaré M. Delanoë.
Il a affirmé que les 1000 immeubles insalubres de Paris illustrent « des décennies d’une inertie et d’une irresponsabilité totales », et noté que la ville a réussi depuis 2001 « à reloger 2700 familles habitant dans des immeubles délabrés ou insalubres », un chiffre qu’il a qualifié de « considérable ».

Le maire a souligné encore qu’en 2005 Paris aura financé « un tiers des logements sociaux produits dans toute la région ».
Affirmant que « 50% des logements sociaux sont concentrés dans moins de 10% des communes », M. Delanoë a souhaité que les sanctions s’appliquant aux villes qui ignorent les objectifs de la loi SRU soient « multipliées par cinq ».
La loi Solidarité et rénovation urbaine (SRU) de décembre 2000 impose à la plupart des communes urbaines ayant moins de 20% de logements sociaux de rattraper leur retard, avec un planning annuel d’ici 2020. Celles qui refusent sont soumises à une amende de quelque 150 euros par logement social manquant.

Enfin, pour augmenter les capacités de la ville « d’acquérir au plus vite des terrains immeubles appartenant à l’Etat », le maire a indiqué qu’il envisageait d’abonder le compte foncier de la ville de 60 millions d’euros.

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X