Logement

Logements sociaux Bepos : des charges divisées par trois

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Démarche environnementale - Gestion et opérations immobilières - Gouvernement - Logement social

L’immeuble labellisé Bepos, situé 7, rue Guénot, Paris 11e, a été inauguré en février 2013 par la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP). Il a reçu, en septembre 2014, la visite de Mme Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Avec ses 17 logements sociaux Bepos au cœur de Paris, la RIVP a démontré qu’il était possible, techniquement et économiquement, de réaliser un bâtiment à énergie positive dans un environnement urbain contraint. Architectes et bureaux d’études ont conçu un bâtiment pourvu d’une enveloppe et d’équipements particulièrement performants qui produit plus d’énergie que les occupants n’en consommeront.

Focus

Carte d’identité du programme

Acteurs

Maître d’ouvrage : Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) (75)

Architecte : Baudoin Bergeron Architectes

Bureau d’études thermiques : Pouget Consultants

Assistance maîtrise d’ouvrage : Elan

TCE et économie : LGX Ingénierie

Entreprise générale : Francilia

 

Chiffres clés

Nombre de logements : 17

Surface : 1 453 m2 de logements, pour un terrain de 418 m2

Coût d’investissement : 3 100 k€ HT, soit 2 246 €/m² HT

Consommation : 32,6 kWhep/m²/an

Production électrique : 33,1 kWhep/m²/an

Bilan : -0,5 kWhep/m²/an

Chaudières gaz à condensation couplées à une installation solaire thermique

Réduits grâce à la performance de l’enveloppe et aux apports gratuits, 100 % des besoins de chauffage sont couverts par deux chaudières murales gaz à condensation d’une puissance unitaire de 45 kW, fonctionnant en cascade.

Le besoin en eau chaude sanitaire (ECS) de l’immeuble est quant à lui couvert en priorité par les 35 m² de panneaux solaires thermiques.

Afin d’améliorer le bilan énergétique de la résidence, 127 m2 panneaux photovoltaïques (PV) (soit 21 kWc produisant 18 MWh/an) assurent une production d’énergie supérieure à la consommation énergétique en gaz et en électricité de l’immeuble.

Bilan de la réalisation

Grâce à l’efficacité énergétique du bâtiment, la consommation des cinq usages classique de la réglementation thermique (usages RT) a été réduite à 32,6 kWhep/m2.an, dont seulement 25 % pour le chauffage. Ce résultat représente 35 % de mieux que le plan climat de la ville de Paris, exigeant une consommation inférieure à 50 kWhep/m2/an. En outre, les panneaux solaires photovoltaïques produisent l’équivalent de 33,1 kWhep/m2/an. Cette production d’électricité « verte » est donc supérieure à la consommation des cinq usages RT. Le bilan énergétique de la résidence s’élève donc à un Cep de -0,5  kWhep/m2/an. Grâce à cette performance, l’immeuble obtient par ailleurs le profil A de la certification Habitat & Environnement délivrée par Cerqual.


André Pouget, responsable du bureau d’études thermiques, Pouget Consultants : « L’énergie la plus respectueuse de l’environnement est l’énergie qui n’est pas consommée, voilà le credo de notre équipe ; voilà la preuve par l’exemple avec cette réalisation ! La forme architecturale, la qualité de l’isolation de l’enveloppe se décident dès les esquisses, en étroite collaboration avec les architectes. Ensuite, la performance des équipements préconisés, la récupération des calories (eaux usées) et le recours aux énergies renouvelables (solaire thermique et photovoltaïque) permettent d’atteindre le bilan annoncé. »


Yann Miginiac, délégué au développement durable à la RIVP : « La RIVP bénéficie d’une image de bailleur social, solidaire, innovant et éthique, que nous devons sans cesse affirmer. Construire un immeuble à énergie positive dans le contexte urbain parisien était, pour nous, un nouvel enjeu à la fois architectural et énergétique, tout en procurant une réelle qualité de vie aux locataires. Nous y sommes parvenus grâce à l’obtention d’un bon équilibre entre la conception architecturale et les choix techniques, associés à une mise en œuvre de qualité. Les locataires ont eux aussi un rôle à jouer, afin de faire perdurer le niveau de consommations et donc de charges : ils ont été sensibilisés aux éco-gestes dans le cadre de la certification Habitat & Environnement. Deux mois après leur entrée dans les lieux, nous avons organisé une réunion d’information à laquelle ont participé tous les acteurs de l’opération (AMO, architectes, bureaux d’études, entreprise, GRDF…). Cet immeuble innovant permet de diviser par trois les charges des locataires. Nous obtenons ainsi le plus fort taux de satisfaction que l’on n’ait jamais eu sur un programme neuf. Face à la réussite de ce projet, la RIVP est convaincue de sa reproductibilité. Si l’investissement est plus élevé, il est largement compensé par le faible niveau de charges, et le cadre de vie offert aux locataires. Afin de mieux connaître les résultats, nous allons instrumenter la chaufferie pour suivre plus finement l’efficacité de chacun des dispositifs. »

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X