Logement

Logements neufs : l’embellie se poursuit selon la FPI

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Politique du logement

Les ventes de logements neufs ont continué de progresser au 1er trimestre 2017 à 35 059 unités (+13,8% sur un an). Face à l’affluence de la demande, les promoteurs ont du mal à constituer un stock d’habitations à la vente. Pour la FPI, le secteur doit se préparer à des tensions.

« La dynamique observée en 2016 se poursuit en 2017 », lance Alexandra François Cuxac, présidente de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI) lors de la présentation des résultats du  secteur au 1er trimestre, mercredi 17 mai. A la fin du 1er trimestre 2017, les professionnels ont enregistré 35 059 réservations, un chiffre en hausse de 13,8% sur un an. Cette croissance est principalement tirée par les ménages (81,27% des réservations). « Les clients ont confiance dans l’immobilier et n’hésitent pas à concrétiser leur projet », analyse Alexandra François Cuxac. Les particuliers investisseurs représentent 51% des acheteurs, et les accédants à la propriété les 49% restants.

Toutefois, sur 12 mois glissants, la croissance des réservations du 1er trimestre 2017 fléchit légèrement par rapport au dernier trimestre 2016 (+20,9% contre +21,4% en fin d’année dernière). « Est-ce que nous avons atteint un point haut ? Avons-nous subit les effets de l’attentisme des ménages avant l’élection présidentielle ? C’est fort probable », estime la présidente de la FPI.

 

9 mois pour écouler un programme immobilier

 

La FPI relève deux éléments d’inquiétude. D’abord, l’écoulement des programmes immobiliers, jugé trop rapide. « Nous estimons qu’il faut 12 mois pour commercialiser normalement un programme, aujourd’hui, nous mettons en moyenne neuf mois. Nous devons nous préparer à des sérieuses tensions », prévient Alexandra François Cuxac. Cette moyenne cache de sérieuses disparités : 5,6 mois d’écoulement à Bordeaux contre 17,8 mois à Nice ! « Il y a urgence à réaménager des opérations publiques d’envergure pour faire émerger rapidement du foncier constructible », lance la présidente de la FPI. Car le stock de logements immédiatement disponible à la vente se fixe à 90 935 unités, contre 92 092 un an plus tôt.

Dernier point de tension : la progression des prix. Entre le 1er trimestre 2016 et le 1er trimestre 2017, ils ont progressé de 5,1%. « Plus le stock se réduit, plus les prix augmentent, explique-t-elle. Les recours abusifs, les normes, etc. influencent également les prix de vente. ». Les promoteurs immobiliers pourraient aussi profiter d’une forte progression de la demande boostée par des taux d’intérêts exceptionnellement bas, d’un prêt à taux zéro bien calibré et d’un dispositif fiscal attractif, pour reconstituer leurs marges après plusieurs années de vache maigre.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X