Logement

Logement social : Manuel Valls ne cède rien aux communes carencées

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gouvernement - Logement social

Le Premier ministre Manuel Valls a dressé vendredi 9 septembre un bilan de l’offensive de l’exécutif pour que les communes respectent leurs obligations légales en matière de logement social, jugeant qu’une « belle dynamique » avait été lancée.

En visite vendredi 9 septembre dans les Bouches-du-Rhône, un des départements de France les plus en retard en matière de logement social, Manuel Valls a estimé  que le travail pour faire respecter la loi SRU, qui a instauré il y a 16 ans des quotas de logements sociaux, « portait ses fruits ». « Sur les 221 communes qui sont aujourd’hui gravement en retard dans la construction de logements sociaux (44 se trouvent dans les Bouches-du-Rhône et 88 en région Paca, ndlr), 90% se sont engagées dans un partenariat avec l’Etat pour atteindre les objectifs qu’elles se sont fixés », a-t-il souligné. « Comme quoi parfois il y a la carotte que les élus attendent et parfois, désolé de le dire ainsi, le bâton qui fait avancer les choses », a-t-il plaidé.

Ces 221 communes dites « carencées » – sur 1.115 communes en retard en matière de logement social – qui n’ont pas rempli leurs objectifs de rattrapage sont celles qui paient des pénalités financières comme prévue par la loi SRU, adoptée sous Lionel Jospin en 2000.

« Il faut inlassablement rappeler que le logement social, ce ne sont plus « les barres HLM », on n’en construit plus depuis les années 1980. Ce ne sont plus les « HLM blêmes » chantées par Renaud. Ce sont des logements de belle qualité, dans des opérations en général petites, que rien ne distingue du logement collectif privé », a souligné Manuel Valls dans un discours devant les élus et la presse. « Face à un égoïsme territorial revendiqué, nous agissons avec la plus grande fermeté », a-t-il affirmé.

 

Préemptions et mobilistation du foncier public

 

Ainsi, 90 cessions de terrains publiques ont effectuées, 120 préemptions de terrain ont été réalisées, et vingt-cinq permis de construire déposés par les préfets à la place des maires, a détaillé Manuel Valls. Le projet de loi Egalité et citoyenneté, en cours d’adoption au Parlement, prévoit d’ailleurs d’accorder de nouveaux pouvoirs pour l’Etat en la matière.

« Autant d’actions fortes qui permettront bientôt de loger 35 000 personnes supplémentaires, dont la moitié pourra bénéficier d’un logement social », a précisé dans un communiqué Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat, qui accompagnait le Premier ministre. »Pour aller plus loin, un effort supplémentaire sera porté envers celles et ceux de nos concitoyens les plus modestes et habitant dans les communes en retard dans la production de logements sociaux : 4,5 millions d’euros seront mobilisés pour leur permettre de trouver un logement privé vacant à loyer abordable ou un logement très social », a-t-il ajouté.

Dans la commune de Gignac-la-Nerthe où s’est rendu Manuel Valls avec la ministre du Logement Emmanuelle Cosse, le maire vient d’enclencher un programme de logement social pour combler le retard de cette petite ville de la périphérie de Marseille. Les élus FN de la commune y sont opposés.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X