Transport et infrastructures

Lille inaugure son nouveau contournement ferroviaire

Mots clés :

Transport ferroviaire

La mise en service de la sous-station électrique des Terres-Noires à Dechy marque l’achèvement d’un chantier de 27 mois et de 66 millions d’euros.

Lille est le centre névralgique de l’exploitation ferroviaire en Nord-Pas-de-Calais. La gare de Lille-Flandres accueille près de 80% des flux régionaux de voyageurs, auxquels il faut ajouter les relations transfrontalières avec la Belgique. Chaque jour, ce sont 460 TER, 36 TGV en provenance ou à destination de Paris et 65 000 voyageurs qui y transitent. Première gare régionale (hors Ile-de-France), Lille Flandres est également la deuxième tous trafics confondus.

En ce qui concerne le fret, l’artère Nord-Est assure, en effet, la desserte de l’Est de la France, de l’Allemagne et de la Suisse depuis la façade littorale, via le nœud ferroviaire lillois. D’où certains engorgements.

Le nouveau contournement ferroviaire de Lille privilégie l’accès à la métropole lilloise pour les trains de voyageurs, aux heures de pointe du matin et du soir. Les trains de marchandises bénéficient, quant à eux, d’un nouvel itinéraire par le sud, leur permettant d’éviter la métropole pendant ces périodes. Ce contournement crée donc les conditions d’un développement de l’offre «voyageurs» tout en assurant une continuité de service à toute heure du jour pour le fret.

L’idée-force de ce projet était de prendre appui sur l’infrastructure existante. Plusieurs aménagements ont, toutefois, été réalisés spécialement: la création de deux raccordements ferroviaires à Honnechy et Aulnoye-Aymeries, reliant les lignes Douai-Cambrai-Saint-Quentin, St-Quentin-Busigny-Jeumont et Lille-Valenciennes-Aulnoye-Aymeries-Hirson (ces raccordements ont été mis en service en mai 2015); l’équipement d’un quai pour les trains TER en terminus en gare de Busigny, dégageant la voie pour les trains de marchandises; le renforcement de la sous-station électrique des Terres-Noires de Dechy, dont les niveaux de tension étaient trop faibles pour absorber de nouvelles circulations; enfin, la création de trois postes d’aiguillage Informatisés à Aulnoye-Aymeries, Honnechy et Maurois.

 

Impact environnemental minimisé

 

Le montant total de cette opération, dont SNCF Réseau a assuré à la fois la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre, s’élève à 66 millions d’euros, financés par l’Etat (55%) et le conseil régional Nord-Pas-de-Calais (45 %) au titre du Contrat de Plan Etat-Région (CPER) 2007-2013. Celle-ci s’inscrit dans le cadre plus large de la modernisation du réseau régional. Le contournement ferroviaire de Lille n’aurait pu, en effet, s’envisager sans la modernisation préalable de la signalisation entre Somain, Lourches et Cambrai. Ces travaux, d’un montant de 82 millions d’euros et consistant en la construction de quatre nouveaux postes d’aiguillage informatisés dont un poste de commande à distance à Somain, sont également financés par des crédits du CPER 2007-2013.

Compte tenu de la fragilité des territoires concernés par les travaux, l’opération a fait l’objet d’une série de mesures vouées à minimiser ses impacts sur l’environnement. Ainsi le débroussaillage et la libération des emprises ont-ils été organisés de manière à éviter les périodes de nidification des oiseaux. Des barrières à batraciens ont également été posées en amont des chantiers pour empêcher les animaux de pénétrer dans une zone où ils auraient pu être écrasés. Le nouveau raccordement d’Aulnoye-Aymeries coupant par deux fois le ruisseau des Mortiers, deux ouvrages hydrauliques ont encore été conçus pour que la nouvelle infrastructure améliore les écoulements actuels, ainsi que la transparence écologique.

L’ancienne sous-station datant des années 50 va désormais être démantelée et son terrain d’assiette rendu à la commune de Dechy. Sa mise hors service va permettre la dépose par RTE de la ligne aérienne qui l’alimentait ainsi que des pylônes présents sur le site. D’autre part, afin de limiter l’impact paysager de la nouvelle sous-station, une haie d’essences locales et rustiques sera établie sur les côtés Nord et Ouest du périmètre. La zone d’implantation de la nouvelle sous-station étant classée «zone humide», une mesure de compensation courant sur dix ans a été élaborée. SNCF Réseau, conseillé par le bureau d’études Rainette, a proposé d’intervenir dans le marais de Dechy. Une parcelle d’1,71 hectare, abritant un milieu écologiquement dégradé, a été retenue en concertation avec la commune. Dans une démarche globale de développement durable, SNCF Réseau et la municipalité de Dechy ont, en outre, souhaité engager une démarche sociale pour la mise en œuvre de ces mesures de compensation. Les services communaux qui conduisent les travaux encadrent donc des personnes en insertion, qui réalisent une partie du chantier et acquièrent à cette occasion des savoir-faire spécifiques en matière de génie écologique.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X