Chantiers

Life Cycle Tower One : le premier système constructif bois-béton modulaire industrialisé

Mots clés :

Béton

-

Bois

-

Situation économique

Cette tour, en structure mixte, est une première à plus d’un titre : elle pousse l’industrialisation de la construction jusqu’à la réalisation d’un étage par jour en clos couvert déjà prééquipé. À la clé, un bilan CO2 fortement avantageux, une réelle économie des ressources et une expérimentation pilote, qui déjà se multiplie.

Depuis longtemps, le monde du bâtiment sait qu’il est possible de construire des immeubles en bois de relativement grande hauteur. À Strasbourg (67), il existe des bâtiments de R+6 en bois datant de plus de 300 ans ! Mais le jeu de la concurrence y trouve encore beaucoup à redire et a freiné le développement de ce matériau structurel.
Par ailleurs, l’arrivée des exigences environnementales qui imposent désormais une approche raisonnée des matériaux renouvelables change la donne. D’où un renouveau de l’intérêt pour le bois, dont les capacités structurelles sont reconnues. Un matériau d’autant plus attractif, que son aptitude à la préfabrication s’adjoint désormais des process numériques qui en améliorent la maîtrise. Pour preuve, des premiers bâtiments R+7 et R+8 en construction bois ont été réalisés en Angleterre, en Allemagne et en Autriche.

 

Deux ans d’étude pour une « gestation » de neuf mois

 

En novembre 2008, un consortium autrichien publie les conclusions d’un projet de R & D, « Achtplus (8+) », chargé d’étudier la faisabilité pour la construction de bâtiments de grande hauteur en bois, allant de 8 à 12 niveaux. Le résultat fut au-delà des attentes, puisque l’étude montre qu’en conformité avec les réglementations autrichiennes, il est possible de construire des immeubles de bureaux à R+20 en structure bois. Comme cette recherche et les réglementations citées s’appuient sur les Eurocodes, il est permis de conclure qu’il en est ainsi partout ailleurs en Europe.
Ce groupe d’étude comprenait le major de la construction bois Wiehag, et Uniqa, principal assureur du secteur de la construction, aux côtés de l’agence Schluderarchitektur, de l’Université technique d’Innsbruck, de spécialistes de l’étude des risques et du groupe Rhomberg, major du BTP et tunnelier en Autriche occidentale.
Encouragé par cette première étude, ce dernier a alors invité l’architecte Hermann Kaufmann (1) à l’accompagner dans un projet de développement et a mis en place un outil, la société « Cree by Rhomberg ». Commence une étude concertée ayant pour objectif de faire émerger un système constructif reproductible et de tirer profit de l’ensemble des avantages du bois, matériau renouvelable par excellence : sa stabilité au feu, ses capacités structurelles, son aptitude à la préfabrication, et son association facile avec le béton. La présence du béton dans cette association lui confère de la masse (acoustique améliorée), une plus grande rigidité (contreventement horizontal) et augmente son degré coupe-feu.
La préparation du bâtiment prototype a inversé les temps habituellement attribués à l’étude et au chantier. Deux années d’étude auront été nécessaires à l’élaboration du système constructif et de l’ensemble des détails du bâtiment pour un chantier qui n’aura duré qu’un peu plus de huit mois ! Ces temps d’étude seront amortis dès la mise en chantier du second projet que réalise Rhomberg ainsi. Le nouveau siège du producteur d’énergie Vorarlberger Illwerke à Montafon (Autriche) de 11 500 m2 (à comparer avec les 2 500 m2 de la LifeCycle Tower One). Mis en chantier en mars 2012, sa livraison clés en main est prévue en août 2013. (…)

 

L’intégralité de l’article est parue dans le numéro de mars des Cahiers Techniques du Bâtiment.

 

 

1- Hermann Kaufmann est spécialiste et pionnier de la construction bois.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Un brevet Français : COMPOMUR

    L’utilisation mixte d’ossature bois et de panneaux de béton en murs intérieur inertiel est comme l’indique cet article, très efficace sur plusieurs plans et pas uniquement sur le thermique. Des maisons se réalisent sur ce process.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X