Construction Numérique

Les villes intelligentes revoient leur copie

Mots clés : Etat et collectivités locales

Face aux déboires de certaines applis de smart city, les collectivités modèrent leurs ardeurs.

Nice jette l’éponge. Après avoir investi 10 à 15 millions d’euros dans un système de stationnement intelligent, la Ville vient de faire marche arrière. Lancé en 2013, ce système était censé identifier les places libres pour les signaler aux automobilistes ayant téléchargé l’application Nice Park sur leur smartphone. Celui-ci les orientait alors pour se garer sans perdre de temps et procéder au paiement. Oui, mais voilà, le système mis au point par une société locale, Sude (devenue par la suite Mentis), filiale de la Semiacs (SEM intercommunale pour l’amélioration de la circulation et du stationnement, à Nice), n’a fonctionné que sur le papier. L’appli n’a pas emporté l’adhésion du public, habitué à se garer en double file. D’autant qu’en complément des capteurs implantés dans le bitume, le système fonctionne avec...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X