Paysage

Les villes et villages fleuris remotivent leurs troupes

Mots clés : Démarche environnementale

Les preuves matérielles et immatérielles des bienfaits du végétal soudent les villes et villages fleuris de France, après leurs 15èmes assises nationales des 30 novembre et 1er décembre à Troyes. Les 4800 communes labellisées de 1 à 4 fleurs considèrent le label comme « un capital pour l’avenir », comme l’indique le titre de ces deux jours d’échanges : fort de son antériorité et de sa mutation écologique, le concours bientôt sexagénaire entend réaffirmer sa valeur de référence.

Attention à ne pas confondre l’original avec les copies : « Nous sommes plagiés. D’autres prennent nos couleurs, copient nos critères et transforment nos fleurs en bébêtes »… Interrogée sur la prolifération des labels environnementaux, Martine Lesage, directrice du Conseil national des villes et villages fleuris de France (CNVVF), n’a pas mâché ses mots, devant les 350 élus et cadres territoriaux réunis aux 15èmes assises nationales de l’association, les 30 novembre et 1er décembre à Troyes.

 

Consensus interprofessionnel

 

Plus diplomatique, le préfet Paul Roncière, président de l’institution hébergée par le ministère du tourisme, a rappelé la vocation fédératrice du label : « Nos débats ont montré le large consensus autour de ses avantages, pour valoriser des objectifs partagés autour d’un cadre de vie agréable et d’une démarche paysagère intégrée », a-t-il synthétisé dans sa conclusion en forme de passage de relais, à 10 jours de la fin de son troisième et dernier mandat de trois ans.

De l’association scientifique Plante & Cité à l’interprofession du végétal Val’hor en passant par l’Union nationale des entreprises du paysage (Unep) ou l’institut technique de l’horticulture Astredhor, les institutions présentes sur la scène du centre de congrès de Troyes ont démontré la profondeur du consensus évoqué par le préfet Roncière. Parmi les chiffres choc, l’équivalent avion a marqué les esprits : « Un palissandre de 30 m de haut âgé de 80 ans absorbe 600 km du trajet d’un Airbus A 320 », a souligné Catherine Muller, présidente de l’Unep. Confiée en 2016 au cabinet Asterrès par cette organisation patronale, l’étude des externalités positives des espaces verts a entraîné toute la filière : Val’hor a embrayé avec le même consultant en 2017.

 

Bénéfices immatériels

 

« La raison ne suffit pas. Considérons aussi les aspects culturels et sensibles liés à l’expérience de la beauté », ajoute la directrice de Plante & Cité : Caroline Gutleben souligne le parallélisme entre la crise de l’extinction des espèces et celle que provoque, chez les humains, la raréfaction de l’expérience du vivant. Sur le volet sensible de la démonstration, Daniel Boulens, directeur des espaces verts de Lyon, a témoigné de son expérience de conseil bénévole auprès d’un village de 1000 habitants de l’Ain, nouveau venu au sein du concours des VVF : la solidarité entre les territoires maillés par des liens locaux et régionaux fait aussi partie des valeurs du réseau représenté à 60 % par des communes de moins de 1000 habitants.

Les multiples témoignages de titulaires des quatre fleurs étayent la démonstration. L’expérience de Versailles dédramatise l’impact financier de la transition écologique : « Depuis que nous sommes passés au Zéro Phyto, nous avons multiplié les surfaces d’espaces verts par quatre, à coûts constant, grâce à la gestion différenciée », témoigne Cathy Biass-Morin, directrice des espaces verts du chef-lieu des Yvelines.

 

Attractivité

 

Maire de Saint-Cyr-en-Val (Loiret, 3400 habitants) qui accueillera les assises régionales du fleurissement de la région Centre-Val-de-Loire en septembre prochain, Christian Braux mesure le gain d’attractivité obtenu par une commune rurale de la métropole orléanaise : « Avant même le début des travaux, nous avons rempli le futur pôle santé ». Entre biodiversité et accompagnement des nouveaux usages, le parc du Moulin, à Troyes, et celui des Epervières, à Valence, montrent des voies d’aménagement réalisées en régie à coût maîtrisé sur d’anciennes friches périurbaines, et plébiscitées par les populations. Le record historique de candidatures à la quatrième fleur enregistré en 2017 – 27 communes dont 15 lauréates – prouve la valeur de référence que conserve le concours, après sa mutation qui met à égalité les critères écologiques et esthétiques.

 

Conscients de leur force, les VVF mesurent les défis à relever, à commencer par la diffusion du sens de leur engagement que les fleurs ne suffisent plus à symboliser : « La communication sera l’enjeu clé de 2018 », annonce Paul Roncière. « Travaillons sur la modernisation de notre vocabulaire en prenant l’attractivité comme mot clé », propose Martine Lesage. Avant son 60ème anniversaire qu’il fêtera en 2019, le CNVVF se dotera d’une nouvelle identité visuelle, sans pour autant renier « la fierté de porter notre patrimoine horticole à travers les générations », précise la directrice.

 

Epreuve financière

 

Derrière le défi sémantique, se cache l’épreuve financière : jusqu’ici automatique dès le franchissement du cap de la première fleur, l’adhésion à l’association est devenue cette année un acte volontaire, associé au paiement d’une cotisation indexée sur le nombre d’habitants. « Seules la moitié des 4800 communes labellisées ont à ce jour délibéré en ce sens. Parmi celles qui ne se sont pas exprimées, beaucoup n’ont pas encore compris que la non adhésion entraînera la sortie du label en 2018 », rappelle Paul Roncière. La communication modernisée et la promesse de nouveaux services d’assistance à la valorisation suffiront-elles à débloquer les freins ? Pour le savoir, rendez-vous aux assises du 60ème anniversaire : la candidature d’Aix-les-Bains tient la corde, avant la délibération du prochain conseil d’administration.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X