Logement

Les vendeurs de logement ne veulent absolument pas réaliser de travaux

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Efficacité énergétique - Gestion et opérations immobilières

91 % des propriétaires ne veulent pas réaliser des travaux de rénovation énergétique avant de vendre leur logement, indique l’observatoire du moral immobilier. Est-ce une mauvaise stratégie commerciale ? Pas forcément. Car le diagnostic de performance énergétique s’avère déterminant pour seulement 11% des acheteurs.

Les vendeurs de logements ne veulent pas entendre parler de travaux de rénovation énergétique. Seulement 5% d’entre eux se disent prêts à réaliser des opérations de rénovation tels que la toiture, l’électricité, l’assainissement, pour mieux vendre leur bien selon la 16ème édition de l’observatoire du moral immobilier réalisé par TNS Sofres pour le site d’annonces immobilières Logic-Immo.com et publié mardi 16 juin.

De leur côté, les acheteurs semblent un peu plus disposés à acquérir un bien nécessitant de lourdes rénovations (22% des sondés). Lorsqu’il s’agit d’opérations d’extension, l’écart se creuse un peu plus. Si 22% des acheteurs sont d’accords pour prendre ce type de travaux à leur charge, le taux des vendeurs envisageant de réaliser ce type d’opérations à leur frais chute à 2%. Concernant les travaux de rénovation énergétique, 38% des acheteurs envisagent de les réaliser contre 9% des vendeurs.

 

Le DPE déterminant pour 11% des acheteurs

 

Dans ces conditions, le diagnostic de performance énergétique (DPE), affiché sur toutes les annonces immobilières, fait-il réellement pencher la balance dans la décision d’achat ? « 76% des acheteurs estiment, en effet, que les résultats du DPE sont importants dans le cadre de leur recherche. Toutefois, il n’est réellement déterminant que pour 11% d’entre eux », répondent les auteurs de l’étude. Par ailleurs, les attentes des acquéreurs divergent de la réalité du marché. « 79% des candidats à l’acquisition interrogés cherchent un bien dont le DPE est noté au-dessus de la catégorie D. Or, dans le parc d’habitations français, seulement 38% des logements obtiennent une note au-dessus de ce seuil », explique Cyril Janin, directeur général du portail d’annonces immobilières.

Faut-il réaliser des travaux pour mieux vendre son logement ? Les professionnels n’hésitent pas à proposer cette solution à leur client. Mais les vendeurs doivent bien garder à l’esprit que toutes les opérations ne font pas grimper le prix de mise en vente du logement. Par exemple, le remplacement d’une chaudière défaillante par une installation performante n’a jamais fait grimper le prix de vente puisque, pour les acheteurs, acquérir un logement que l’on peut chauffer reste une évidence.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X