Paysage

Les végétaux ornementaux prennent goût à la prospective

Mots clés : Manifestations culturelles

Aucune certitude de lendemains qui chantent ne récompense la vingtaine de membres du groupe prospective de l’interprofession du végétal ornemental. Cette barrière n’a pas empêché deux ans d’assiduité, à raison d’une demi-journée par mois. Construite avec le soutien intellectuel et financier de l’Etat, la culture commune commence tout juste à produire ses résultats exploités par l’association interprofessionnelle Val’hor.

L’interprofession du végétal et du paysage regroupée par Val’hor se donne 15 ans pour exploiter le brainstorming prospectif, conduit entre 2012 et 2015 avec France Agrimer selon la méthode dite du bouturage greffage : «  Nous mettons en marche une machine à raconter des histoires. A partir des exposés présentés sur les problématiques porteuses d’enjeux pour l’avenir, le groupe rédige des hypothèses dont l’expression par un énoncé (recto) et son contraire (verso)  permet d’envisager différents futurs possibles. A partir de plus de 500 hypothèses créées, 83 jugées plus déterminantes ont été choisies et combinées entre elles pour aboutir à l’écriture de 4 scénarios pluridisciplinaires et contrastés de l’avenir possible de la filière du végétal d’ornement », explique le prospectiviste de FranceAgriMer Patrick Aigrain. Les campagnes pour la nature en ville rencontreront-elles le succès ou l’échec ? Qui, entre le BTP et le paysage, tirera profit des nouvelles approches de la mobilité ? Et de la végétalisation du bâtiment ? L’exercice a clarifié les enjeux communs, sans hypothéquer l’avenir.

 

Une méthode rodée

 

Val’hor offre la quatrième occasion d’utiliser la méthode exigeante mise au point par Michel Sebillotte, créateur du service prospective de l’Institut national de recherche agronomique : « Personne n’écrit l’histoire seul », insiste Patrick Aigrain, qui a rôdé la machine avec les filières Vins de France, Fruits et légumes, et Blé tendre. « Le déclenchement d’une démarche prospective, dans une filière agricole, suppose un budget de 60 à 70 000 euros, partagé à égalité entre les professionnels et FranceAgriMer », rappelle Françoise Bruguière, qui dirige la mission prospective au sein de cet organisme dédié au soutien des filières agricoles. L’identification d’une vingtaine de personnes, dont 2/3 de professionnels assidus et représentatifs, sans délégation possible,  conditionne la mise en marche de la « machine à raconter des histoires ». Les participants l’alimentent à raison d’une demi-journée par mois. « Ils s’expriment librement, mais rien ne sort à l’extérieur avant la diffusion du rapport final », précise Françoise Bruguière.

 

Premières récoltes

 

En 2015 et 2016, la floraison de groupements permanents de pépinières, structurés en SAS ou en GIE, a résulté directement d’une recommandation du groupe prospective. D’autres prolongements se dessinent : l’étude économique confiée fin 2016 par Val’hor au cabinet Asterrès, pour mieux orienter les investissements marketing de la filière ; le volet phytoremédiation du programme de recherche et d’expérimentations de l’institut technique de l’horticulture Astredhor ; l’observatoire des coûts de production monté par ce même organisme… Mais soucieux de s’appliquer à lui-même sa propre rigueur scientifique, France Agrimer se garde de toute conclusion prématurée : « Ce travail a fournis à l’interprofession une représentation de la filière unissant l’horticulture au paysage, la participation des professionnels au groupe a été très assidue et les résultats sont repris dans les travaux stratégiques. Mais l’évaluation d’une méthode prospective exige un temps long. Nous n’avons pas encore le recul nécessaire  », prévient Patrick Aigrain.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X