Performance énergétique

Les Ulis inaugurent leur chaufferie biomasse

Mots clés : Bois - Chauffage - froid - Energie renouvelable - Entreprise du BTP - Etat et collectivités locales - Gros oeuvre

La municipalité des Ulis (Essone) et Dalkia, gestionnaire du réseau de chaleur de la ville, ont officiellement mis en service la nouvelle centrale à bois de la commune. Avec cette installation, le chauffage des bâtiments raccordés provient à 65 % d’énergies renouvelables.

Le remplacement des énergies fossiles suit son cours dans les réseaux de chaleur franciliens. Les équipements de la ville des Ulis (Essonne) témoignent de cette évolution progressive des mentalités. Le 13 octobre, la municipalité et Enerlis, la filiale de Dalkia chargé de l’exploitation de ces installations, ont inauguré une nouvelle chaufferie biomasse. Mis en service le 1er janvier 2016, ce site porte à 65 % la part des énergies renouvelables (EnR) dans l’alimentation en chauffage et en eau chaude sanitaire des bâtiments raccordés.

Les Ulis compte parmi les communes les plus jeunes de France. Elle fêtera ses quarante ans en février 2017. Le réseau de chaleur a été bâti en même temps que la cité. Sa première chaudière démarra en 1968. Dans un premier temps, le fioul constitue son unique combustible. Le rattachement en 1986 de l’unité d’incinération d’ordures ménagères (UIOM) de Villejust, une bourgade limitrophe, marque une première avancée vers plus de sobriété. La structure prend ensuite le tournant du gaz à l’aube des années 2000 avec la mise en place d’une centrale de cogénération.

 

Maintenir des coûts stables

 

La biomasse représente ainsi la dernière évolution du réseau. Lors du renouvellement de la délégation de service public en juillet 2013, la municipalité a manifesté la volonté d’introduire plus d’EnR dans sa chaleur. Les températures de l’eau souterraine se sont révélées trop basses pour bâtir une centrale géothermique. Dalkia s’est donc orienté vers le bois. « Ce choix contribue au verdissement de notre énergie. Par ailleurs, il garantit une stabilité des prix à nos concitoyens », déclare Françoise Marhuenda, maire des Ulis. En outre, un taux d’EnR supérieur à 50 % procure aux abonnés une TVA réduite à 5,5 % sur le prix de la chaleur, au lieu des 19,6 % habituel.

 

 

La chaufferie en question possède une puissance de 10 MW. Elle consomme environ 16 000 tonnes de plaquettes forestières par an. Le combustible provient d’un rayon de 100 km autour de la ville. Les jours de grand froid, jusqu’à quatre camions de 90 m3 peuvent venir déverser leur chargement dans les fosses du site. « Notre première saison de chauffe est satisfaisante, se félicite Christian Deroeux, directeur de l’unité opérationnelle d’Enerlis. Nous bénéficions de l’expérience acquise avec notre installation de Mantes-la-Jolie qui fonctionne depuis deux ans. Elle présente de nombreuses similitudes avec cette nouvelle installation. » Le budget de l’opération se monte à 9 millions d’euros HT, dont 830 523 euros HT apportés par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et 750 000 euros HT financés par la Région Ile-de-France.

La centrale biomasse couvrira 20 % des besoins des 10 000 équivalents-logements reliés au réseau. L’UIOM apporte 45 % de chaleur nécessaire. Le gaz complète le mix. En parallèle de changement d’énergie, Dalkia a ajouté une touche de numérique à ses services. Pour la première fois, le groupe propose à ses abonnés de suivre leurs consommations et la maintenance du réseau sur une plate-forme web.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    APPROVISIONNEMENT

    Comment sont acheminées les 16000T de plaquettes forestières sur le site ?
    Signaler un abus
    • - Le

      Acheminement

      Bonjour, les plaquettes sont acheminées par camion, comme l’indique notre journaliste : « Le combustible provient d’un rayon de 100 km autour de la ville. Les jours de grand froid, jusqu’à quatre camions de 90 m3 peuvent venir déverser leur chargement dans les fosses du site. »
      Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X