Emploi / Formation

Les trois Esitc unissent leurs forces

Mots clés : Conception

Face à des enjeux technologiques et environnementaux, les écoles supérieures d’ingénieurs des travaux de la construction (Esitc) de Caen, Metz et Cachan ont signé, le 7 décembre, une convention de partenariat. Un rapprochement qui vise notamment à mutualiser leurs moyens en matière de recherche et d’ouverture à l’international, afin de répondre aux besoins des entreprises.

Les écoles supérieures d’ingénieurs des travaux de la construction (Esitc) de  Caen, Metz et Cachan renforcent leur synergie. Les trois établissements ont signé, le 7 décembre, sous l’égide de la FFB et de la FNTP, une convention de partenariat destinée à mieux structurer leur offre de formation et de recherche.

 

Un monde en pleine évolution

L’impulsion vient d’une étude diligentée il y a trois ans par la FFB et la FNTP auprès des écoles, des jeunes et des entreprises, sur la cohérence des formations d’ingénieurs en bâtiment et en travaux publics. « Cette enquête a mis en avant la pertinence d’une nouvelle structure de partenariat pour les trois Esitc», évoque Philippe Gruat, président de l’établissement de Caen. Les trois écoles ont d’abord relevé d’une structure commune au moment de leur création, il y a 25 ans, avant de prendre leur indépendance dans les années 2000. « La signature de cette convention illustre notre volonté d’aller plus loin, pour continuer à former davantage d’ingénieurs dans un monde en pleine évolution. »

Les enjeux, en effet, ne manquent pas. A commencer par la transition écologique et le développement de nouvelles technologies autour du BIM (Building Information Modeling). Confrontées à des chantiers de plus en plus complexes, et dans une perspective de reprise économique, les entreprises voient leurs besoins en matière d’encadrement s’accroitre. Les employeurs doivent ainsi recruter à des niveaux de compétences de plus en plus élevés.

 

Cap sur la recherche

Afin de former davantage d’ingénieurs capables de relever ces nouveaux défis, les trois écoles envisagent la mise en place d’une politique commune en matière de recherche. Les axes de ce projet porteront sur les matériaux de la construction pour la géotechnique environnementale, l’écoconstruction, l’efficacité énergétique des bâtiments, mais aussi les infrastructures maritimes. Le partenariat prévoit, à cet effet, la mise en commun de moyens, de locaux et de matériel. Les activités de recherche seront regroupées sur le site de Caen.

 

Attirer les bacheliers vers le BTP

Autre objectif de ce rapprochement : accroître la visibilité des écoles, notamment auprès des jeunes. Les trois établissements sont ainsi appelés à mutualiser leurs  des moyens de communication et de promotion auprès des futurs élèves. Il est également question de renforcer l’exposition internationale des Esitc et de compléter le réseau d’établissements étrangers partenaires déjà tissé par chacune des écoles.

Les parties signataires entendent en outre développer une stratégie complémentaire en matière de formation des étudiants. Le partenariat prévoit notamment  la possibilité de mobilité des élèves entre deux Esitc en dernière année de formation. Les établissements pourront, de plus, mutualiser certaines ressources pédagogiques par le biais de l’échange d’enseignants intervenant dans des domaines spécialisés.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X