Réalisations

Les (très) coûteux travaux de désensablement du Mont-Saint-Michel

Le retour à l’insularité du Mont-Saint-Michel d’ici 2010 pour enrayer son ensablement va coûter plus cher que prévu avec un budget prévisionnel total de 220 millions d’euros, a-t-on appris mercredi auprès des régions Bretagne et Basse-Normandie.

Ce budget a déjà été à plusieurs reprises revu à la hausse. En début d’année déjà, la région Basse-Normandie avait estimé qu’il pourrait augmenter à 190 millions d’euros contre 134 millions prévus en 1995. En 1982, une première évaluation le chiffrait à 74 millions d’euros.
Le conseil régional de Bretagne notamment a indiqué qu’il allait examiner dans les prochains jours une hausse de sa participation pouvant aller jusqu’à 18,5 millions d’euros contre 4,4 millions prévus jusqu’alors. Une conférence de presse est prévue lundi à Paris sur le sujet.
Jusqu’alors, le projet devait être financé par l’Union européenne (17 millions d’euros), l’Agence de l’eau (3 millions d’euros) et le reste à 60% par l’Etat et 40% par les collectivités locales (les deux régions, le département d’Ille-et-Vilaine et celui de la Manche).
L’objectif est d’enrayer l’ensablement du Mont, classé depuis 1979 au patrimoine de l’Unesco et site touristique le plus visité de France après la tour Eiffel et Versailles.
De premiers travaux ont débuté en janvier mais les plus importants doivent démarrer début 2006.
La digue qui sert actuellement de voie d’accès au Mont-saint-Michel (Manche) va être détruite pour être remplacée par un pont-passerelle.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X