Qualité/Sécurité Sinistralité

Les systèmes d’isolation par l’extérieur soumis à de nouvelles contraintes

Mots clés : Isolation thermique

Aux désordres observés invariablement depuis trente ans sur les systèmes d’isolation thermique par l’extérieur pourraient s’ajouter de nouvelles pathologies liées aux épaisseurs accrues d’isolant.

Malgré trente ans d’expérience, les techniques d’isolation thermique par l’extérieur (ITE) ne sont pas encore parfaitement mises en œuvre et les mêmes sinistres se répètent depuis les années 1980, en particulier avec les systèmes d’enduit sur polystyrène expansé. D’abord esthétiques, les désordres peuvent vite perturber l’équilibre énergétique du bâtiment, voire la sécurité. Sans une bonne reconnaissance du support, un choix adapté des matériaux et une mise en œuvre soignée, le risque est grand de voir apparaître le spectre des panneaux d’isolant, puis des fissures au droit des joints, et enfin, lorsque l’eau se sera infiltrée, le décollement et la chute de l’isolant avec son revêtement. Généralement en cause, observe l’Agence Qualité Construction (AQC) : des plaques de polystyrène posées de façon non jointive ou stockées à la chaleur qui se rétractent une fois en place. « Le polystyrène graphité, aux meilleures qualités thermiques, doit quant à lui être protégé des rayons UV sous peine de voir ses performances dégradées », prévient Martin Guer, qui étudie les retours d’expérience BBC à l’AQC. Attention aussi aux conditions météo lors de la pose de l’enduit.

 

Enduits plus sollicités

 

Avec les bardages rapportés à lame d’air ventilée, l’un des dangers est la rupture d’éléments de bardage, assez faciles à remplacer. Il est en revanche plus compliqué de rétablir la continuité de l’isolation lorsqu’un panneau de laine minérale mal fixé se décroche. Par ailleurs, cette laine minérale, exposée à la pluie lors du chantier, aura du mal à retrouver son niveau de performance thermique quand la moisissure se sera développée.
A ces pathologies courantes depuis trente ans pourraient s’ajouter d’autres désordres liés aux exigences accrues d’isolation des bâtiments. « Ainsi, note Hubert d’Argoeuves, directeur développement construction chez Socotec, un enduit est plus sollicité avec un isolant épais car il y a moins de dissipation thermique. » Les risques de déformation, d’affaissement ou de rétractation de l’isolant sont plus importants et l’augmentation de masse combustible dans le cas des isolants plastiques peut entraîner la propagation d’incendie par les façades. De nouveaux dispositifs sont exigés, tels que des bavettes recoupant l’isolant entre étages.

 

AVIS D’EXPERT

 

Julien Thomas, chargé de mission Agence Qualité Construction (AQC), secrétaire du programme Rage 2012 : « Des règles de pose indispensables »

 

« Les techniques d’ITE (isolation thermique par l’extérieur) sont aujourd’hui bien maîtrisées par les industriels qui n’ont cessé d’améliorer leurs produits depuis une trentaine d’années. Mais il manque un accompagnement des entreprises de pose, même si les fabricants leur proposent une formation et une assistance lors du premier chantier. Le programme Rage 2012 coordonné par l’AQC, qui vise à revoir les règles de construction pour réaliser des économies d’énergie dans le bâtiment, finalise un ensemble de documents de référence pour les entreprises destinés à combler le déficit de règles de l’art encadrant la pose de ces systèmes. Des recommandations professionnelles, qui préfigurent de futurs DTU ou complètent des DTU en vigueur, ont été rédigées avec les professionnels sur quatre thèmes : procédés par enduit sur isolant, traitement des points singuliers en toiture-terrasse béton, procédés par bardage rapporté à lame d’air ventilée, et murs doubles maçonnés. Ce dernier document vient d’être publié et les autres vont suivre. Par ailleurs, deux guides préciseront comment intégrer les menuiseries extérieures et les coffres de volets roulants dans l’ITE. »

 

 

Jean-Marie Ménard, vice-président du Mur Manteau : « Des produits simplifiant la mise en oeuvre »

 

« Les fabricants d’ITE (isolation thermique par l’extérieur) par enduit sur isolant en polystyrène expansé recherchent la simplification de la mise en œuvre et l’optimisation des coûts de chantier. Par exemple, pour réduire le nombre d’opérations et limiter les temps d’intervention, la préparation en atelier de caissons isolants préfabriqués et assemblés/fixés sur chantier permet la rénovation industrialisée des façades. Du côté de la mécanisation, les industriels de l’ITE proposent avec les fabricants de machines à projeter des matériels permettant d’atteindre les plus hauts étages des bâtiments. Le traitement des liaisons et ponts thermiques résiduels est un autre facteur clé de succès. Un large choix d’accessoires permet de traiter ces points singuliers. Ils devraient être intégrés dans les avis techniques et agréments européens des systèmes ITE pour compléter la notion de kit des systèmes ITE par enduit sur isolant qui décrit les composants majeurs validés et indissociables lors de la pose. »

 

Abonnés, vous pouvez consulter dans notre rubrique Les Essentiels notre dossier sur l’ITE en cliquant ici

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Le process COMPOMUR apporte une solution pour les villas

    L’isolation par l’extérieure est une excellente solution d’isolation. Elle est la première partie du principe du découplage thermique qui vise à l’extérieur de stopper le froid en hiver et de bloquer l’onde de chaleur l’été. Les « problèmes » cités dans l’article montrent qu’il faut mettre cette isolation extérieure dans un contenant. C’est ce que fait le process COMPOMUR en encapsulant cette isolation extérieure dans une ossature bois. Ainsi il ne reste plus qu’à mettre en oeuvre le deuxième composant du découplage thermique à savoir un mur intérieur inertiel, c’est à dire qui va emmagasiner, stocker et restituer la chaleur du chauffage l’hiver et la fraîcheur des nuits l’été.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X