Aménagement

Les sites à risques de Marseille sont « en règle »

Le préfet des Bouches-du-Rhône, Yvon Ollivier, a assuré lundi 1er octobre 2001 que les usines classées Seveso de Marseille étaient « tout à fait en règle ».
« Les deux usines de Marseille sont tout à fait en règle », a déclaré le préfet lors d’une conférence de presse, au sortir d’une réunion avec les exploitants et les communes concernées.
Le maire DL de Marseille, Jean-Claude Gaudin, avait récemment réclamé le déménagement de deux sociétés marseillaises classées Seveso (Atofina et Provalis) situées dans une zone très urbanisée. M. Gaudin était par la suite revenu sur ses déclarations après s’être rendu compte, avait-il expliqué, que la décision « appartenait au préfet ».

Selon le représentant de l’Etat, se limitant au strict respect des procédures, la préfecture n’a pas à contester la légalité des permis de construire des installations ou habitations situées à proximité des usines à risques. Les interdictions ou les limitations de construire dans les zones entourant les usines Seveso ont été imposées après le classement des usines comme sites à risques, a expliqué M. Ollivier. Il se peut donc que des constructions aient été autorisées dans le périmètre de sécurité mais avant le classement, selon lui.

Le préfet a cependant admis qu’il y avait « néanmoins besoin d’aller plus loin dans l’information du public », citant notamment « l’amélioration du fonctionnement des sirènes » d’alarme.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X