Aménagement

Les réactions après les annonces du gouvernement sur le logement social

Si le mouvement HLM estime que les mesures annoncées par le ministre de la Cohésion Sociale Jean-Louis Borloo vont « dans le bon sens », les associations de locataires et de sans-abri sont beaucoup plus mitigées.

En clôture du congrès HLM, M. Borloo a annoncé une série de mesures techniques, bancaires et fiscales pour aider la création de logements sociaux, et précisé certaines annonces déjà faites début septembre par le Premier ministre Dominique de Villepin.
Mais pour l’association de consommateurs CLCV (Consommation Logement et Cadre de Vie),
« les mesures annoncées oublient encore une fois les locataires, aucune mesure de revalorisation réelle des aides au logement n’est annoncée. Leur montant n’a pas varié depuis deux ans après des revalorisations insuffisantes en 2002 et 2003 ».

« Alors que le pouvoir d’achat des ménages stagne, voire baisse, les charges financières liées au logement ne cessent quant à elles d’augmenter pour atteindre des niveaux insupportables pour de nombreux ménages. Les 1,8% de revalorisation prévue cette année sont loin de compenser la perte de pouvoir d’achat supportée par les ménages, que nous estimons à au moins 6% depuis 3 ans », poursuit la CLCV.

Autre réaction négative, l’association Droit au logement (DAL) estime que « les mal-logés profiteront très peu » des mesures pour le logement social annoncées jeudi par le ministre de la Cohésion sociale Jean-Louis Borloo, a déclaré à l’AFP son président, Jean-Baptiste Eyraud.
« Les bailleurs sociaux demandent de l’argent, il leur en donne. Mais il est peu probable que ces mesures favorisent réellement la construction » de logements sociaux, a ajouté M. Eyraud. Les bailleurs « sont occupés essentiellement à démolir les logements sociaux dans un contexte de marchandisation et de dérégulation des loyers », a-t-il affirmé.
Les mesures annoncées « ne s’adressent pas aux mal-logés, à ceux qu’on expulse, dont l’immeuble a été incendié, ni à l’ensemble des locataires et des accédants à la propriété qui paient une charge de plus en plus élevée pour se loger », a-t-il déclaré.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X