Logement

Les promoteurs ont produit près de 40% des HLM en 2016

Mots clés : Logement social

En 2016, les promoteurs immobiliers ont construit 39% des HLM, selon la note Conjoncture, publiée par le fonds d’épargne de la Caisse des Dépôts. En excluant les acquisitions-amélioration, et en se focalisant sur la construction pure, le taux bondit à 45%.

L’appétit des bailleurs sociaux pour la vente en l’état futur d’achèvement (Vefa) ne faiblit pas. En 2016, la part des HLM produits en Vefa en 2016 s’élève à 39% selon Conjoncture, la note d’information mensuelle du fonds d’épargne de la Caisse des Dépôts. Une percée importante pour les promoteurs immobiliers puisque dix ans plus tôt (en 2006 donc), ce taux atteignait péniblement les 1%.

Si l’on exclue les acquisitions-amélioration, et que l’on se focalise sur la construction pure logements sociaux, le taux d’HLM bâtis en Vefa grimpe à 45%. En zone A, ce taux culmine à 63% et recule progressivement dans les autres territoires. Le taux de pénétration des promoteurs immobiliers dans la construction HLM passe à 54% en zone B1, 36% en zone B2 et atterrit à 19% en zone C.

 

 

En zone A, les bailleurs sociaux construisent des logements plus grands

 

Dans les territoires tendus (zone A), la taille moyenne d’une opération de logements sociaux collectifs est de 26 logements en Vefa et 31 en maîtrise d’ouvrage directe (MOD). Toujours en zone dense, les habitations sont plus grandes lorsqu’elles sont construites par les bailleurs sociaux (61m² en zone A et 67 m² en zone B1) que lorsqu’elles sont bâties pas un promoteur immobilier (respectivement 59 m² et 63 m²).

Dans les zones B2, la surface des logements sont identiques (68 m²) et le nombre de logements par opération varie peu (21 en Vefa contre 20 en MOD). Enfin, en zone C, le mode de production n’impacte pas la taille des opérations (fixé à 12 habitations) et les logements réalisés en MOD sont plus petits que ceux réalisés par des promoteurs (70 m² pour les bailleurs sociaux contre 74 m² pour les promoteurs immobiliers).

Du côté des plans de financements, les opérations réalisées en Vefa sont financées à hauteur de 71% du coût total de l’opération, contre 69% pour les programmes en MOD. Les fonds propres sont également plus important en vente sur plan (12%) qu’en maîtrise d’ouvrage directe (11%). Enfin, les subventions perçues restent plus faibles lorsque le bailleur social fait appel à un promoteur immobilier (13%) qu’en MOD (15%).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X