Performance énergétique

Les professionnels s’inquiètent de la maintenance des chaudières

Mots clés : Chauffage - froid

L’association Energie et Avenir a présenté le 19 octobre un livret d’entretien des installations de chauffage à eau chaude. Ce document destiné aux habitants compile les connaissances indispensables sur le fonctionnement de ces appareils.

Depuis l’arrêté du 15 septembre 2009, les chaudières doivent faire l’objet d’un entretien annuel. Cependant, le Syndicat national de la maintenance et des services énergétiques (Synasav) estimait en décembre 2015 que 3 millions d’appareils ne respectaient pas cette obligation. L’association Energie et Avenir, qui rassemble plusieurs organisations professionnelles impliquées dans le secteur du chauffage à eau chaude, s’est penchée sur le problème. Elle a présenté le 19 octobre un livret d’entretien   consacré à ces équipements. Le document s’adresse aux occupants d’un logement. Il compile les informations essentielles sur cette catégorie d’installation. « Le bon fonctionnement des chaudières concerne tous les acteurs de la filière, souligne Philippe Méon, président de l’association. Un utilisateur mécontent tient pour responsables l’installateur, le constructeur de sa machine, et parfois son fournisseur d’énergie. »

Le guide évoque les avantages d’un entretien régulier. Il réduit les risques de pannes du système, augmente sa durée de vie, et évite les surconsommations. Le client ignore souvent ces atouts. « Il y a un travail de communication à réaliser autour de ces aspects positifs, observe Jean-François Marty, vice-président de l’Union des entreprises de génie climatique et énergétique de France (UECF). Les fabricants pourraient coller une étiquette sur leur produit qui rappellerait ces faits. »

 

Un métier en soi

 

Toutefois, l’utilisateur n’est pas toujours le seul fautif. « L’installateur n’a pas toujours le réflexe de proposer ce service, explique le vice-président. Il ne possède pas obligatoirement les compétences nécessaires. La maintenance reste une activité spécifique. Elle est difficile à développer dans des petites entreprises. Ces dernières pourraient se regrouper pour créer une équipe commune dédiée à cette tâche. »

Par ailleurs, le livret mentionne les principales opérations qui composent l’entretien : le nettoyage du corps de chauffe, la vérification des équipements de sécurité, le réglage de la combustion et le ramonage du conduit de fumée. « Le désembouage des canalisations constitue aussi une action importante, remarque Roland Bouquet, gérant de la société de maintenance Atout Gaz et membre du bureau exécutif du Synasav. La perméabilité à l’air des tuyaux en PER favorise l’apparition de boue d’origine bactérienne. Il est nécessaire de traiter l’eau avec un biocide et d’employer des filtres. » L’entrepreneur insiste aussi sur le mécanisme des contrats d’entretien qui instaurent une relation durable entre le professionnel et l’occupant. Leur tarif tourne autour de 150 euros par an.

La contribution des applications mobile au suivi de la chaudière reste en débat. La réception d’alertes attire sans aucun doute l’attention du propriétaire sur l’existence de son appareil. « Certes, mais les objets connectés donne également le sentiment que tout est automatique, rétorque Jean-François Marty. Les habitants doivent être conscients que leurs machines nécessitent des interventions préventives. » 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le
    L’entretien des chaudières est généralement très mal fait. Les sociétés de maintenance se rachètent les unes les autres. On croit avoir contracté avec Savelys qui offrait un service personnalisé et on se retrouve avec Engie qui détériore les chaudières anciennes pour forcer les clients à acheter des chaudières neuves. Que le Synasav balaie devant sa porte avant de culpabiliser ses clients !
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X