Industrie/Négoce

Les plombiers chauffagistes, en difficultés, demandent plus aux négoces

Mots clés : Artisanat - Chauffage - froid - Distribution - Métier de la construction - Plomberie - PME

Malmenés de toutes parts depuis des années, les artisans et TPE du secteur plomberie-chauffage relèvent la tête et lancent des appels du pied aux négoces.

Les plombiers-chauffagistes se disent cernés par une concurrence qui les fragilise : « Les particuliers ont profondément modifié leur comportement d’achat, constate Bruno Gal. Ils sont captés tantôt par les GSB qui ne se privent pas d’utiliser le CITE, par les sites Internet, mais aussi par les auto-entrepreneurs et évidemment par les énergéticiens qui développent des offres de services et essaient de nous mettre sus leur coupe ». Certes, le Crédit d’impôt a fourni « un coup de pouce », aidé par une campagne de communication sur les professionnels du gaz.

 

Mention RGE

 

Pour autant, les plombiers-chauffagistes ont un problème avec la mention RGE : « L’artisan qui travaille seul sur plusieurs énergies, notamment en zone rurale, ne peut pas être qualifié pour tout », explique le président de l’UNA. Si certains acteurs avaient proposé d’établir un certificat d’écoconditionnalité par chantier, cette piste a été repoussée par les pouvoirs publics. Pour autant, l’arrêté du 1er décembre 2015 relatif « aux critères de qualifications requis pour le bénéfice du CITE » constitue une avancée puisqu’il simplifie les références pour accéder à la qualification.

 

Négoce : peut mieux faire

 

Les plombiers-chauffagistes apprécient leurs négoces de proximité, mais cette relation est émaillée d’un certain nombre de reproches récurrents, dans l’avant-vente, le stockage et l’après-vente. « Le prix n’est pas notre souci essentiel avec les négoces, prévient Bruno Gal. Quand je réalise un devis dans la journée et que, pour une clim en console, on m’annonce trois semaines de délai, c’est affolant ! »

L’irritation est la même quand une demande de dimensionnement d’une installation de chauffage, formulée par l’artisan, ne reçoit pas de réponse, faute de personnel technique suffisant. En matière de sanitaire, les artisans constatent également que les particuliers se tournent de plus en plus vers Internet, faute de choix suffisant chez les négoces : « Les distributeurs pourraient créer des salles d’exposition virtuelles pour éviter de nous faire perdre les clients », suggère le dirigeant de l’UNA. Après une année 2015 où la filière a relativement moins reculé que les autres corps de métiers (-1,5 % contre – 3,5 % pour la maçonnerie), l’année 2016 pourrait enfin apporter un vrai bol d’air avec de nombreux chantiers : diversification vers la maintenance, traitement de la qualité de l’air, mais aussi développement d’installation communicantes avec Gazpar et Linky.

 

 

 

 

Focus

« Allumer des contrefeux avec les négociants »

« Le secteur neuf résidentiel est trop concurrentiel et même dans le secteur de la rénovation, notre cœur de métier, nous commençons à être confrontés à des travailleurs détachés. Nous sommes très en pointe sur le solaire, sous l’angle de l’autoconsommation et nous utilisons le CITE, notamment en matière de chaudières à condensation. Quant aux groupements informels, nous travaillons avec des entreprises proches car d’autres se disent RGE sans l’être.

Nous avons besoin des négoces, mais ils sont moins disponibles qu’avant en raison de la baisse de leurs effectifs et je leur reproche de ne plus disposer de stocks, par exemple, pour des vannes, des raccords ou des conduits de fumée. Le fait qu’ils ne s’engagent plus sur des délais de livraison est devenu très pénible. Or, les négoces et nous sommes liés. Pour éviter de laisser les particuliers se tourner vers les achats sur Internet, ils devraient créer des sites en nous y associant, ce qui nous permettrait d’orienter nos clients et de ne pas les perdre. Il est grand temps d’agir et d’allumer des contrefeux ».

 

Les chiffres clés 2015 en couverture-plomberie-chauffage

> Installation eau et gaz :

27 412 entreprises et 7 915 auto-entrepreneurs

> Equipements thermiques et climatisation :

15 800 entreprises et 2 252 auto-entrepreneurs

> Nombre de salariés (entreprises de moins de 20 salariés) :

132 392 (-4 % par rapport à 2009).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X