Innovation produits

Les petites communes ont aussi droit aux lampadaires connectés

Mots clés : Eclairage urbain

Le constructeur Citylone commercialise un nouveau système de contrôle de l’éclairage public, la Smartlighting-box. Il entend donner accès aux collectivités de taille modeste au pilotage des lampadaires à distance.

Dans le secteur de l’éclairage urbain, la mode est au contrôle individuel. Chaque lampadaire, pourvu d’un boitier électronique, peut être piloté à distance indépendamment de ses voisins. Cependant, en ce mois de septembre, l’entreprise française Citylone a décidé de prendre à rebours cette orientation. Son nouveau produit, la Smartlighting-box, renonce à l’extrême précision au profit d’un prix plus abordable. « La télégestion au point lumineux constitue une technique intéressante, car elle permet de piloter finement le parc d’éclairage public. Toutefois, elle se révèle trop coûteuse ou trop complexe pour les communes de petite taille ou pour certaines zones de la ville, explique Catherine Rambaud, responsable marketing de la société. Nous avons donc conçu un dispositif de pilotage simple, mais performant qui s’installe dans l’armoire électrique. Il contrôle ainsi l’ensemble des candélabres raccordés à ce nœud du réseau. »

L’appareil prend la forme d’un coffret en plastique. Il contient une horloge astronomique paramétrable et d’un système de télécommunication. Ce dernier relie l’outil à la plate-forme web de Citylone par le biais du réseau de téléphonie mobile ou du réseau bas-débit LoRa déployé par Orange et Bouygues Telecom. L’automate peut accueillir jusqu’à quatre lignes électriques. En se connectant au portail internet, un responsable d’éclairage peut programmer des horaires d’allumage différent pour chacune d’elles. A l’heure dite, l’automate met en tension les réverbères concernés.

 

Une horloge astronomique améliorée

 

Au-delà le pilotage, l’entreprise a profité de son application web pour ajouter des fonctions d’assistance à son produit. Le système envoie ainsi des alarmes par mail ou SMS si la porte de l’armoire est ouverte, si un départ ne s’est pas enclenché, et même si l’infrastructure est hors tension. Une petite batterie lui fournit alors l’électricité nécessaire. « Nous avons par ailleurs optimisé le réglage de l’horloge astronomique, indique Catherine Rambaud. En fonction de la saison et des données météo, notre portail ajuste l’heure d’allumage des luminaires afin qu’il coïncide avec les besoins des habitants. » Enfin, le logiciel fournit une estimation de la consommation annuelle du parc selon les réglages de l’utilisateur. Les premières poses sont en cours. Citylone propose aux installateurs intéressés une assistance sur le site lors de l’installation.

Pour les municipalités qui hésitent entre cette approche et la gestion individuelle, la version la plus évoluée de la Smartlighting-box comprend une passerelle de courant porteur en ligne (CPL). Elle peut ainsi émettre des messages dans les câbles électriques selon les normes du protocole LonWorks. Grâce à cette option, il est possible de passer d’une commande par ligne à un pilotage par point sans modifier toute l’infrastructure. La transition nécessite toutefois de doter chaque candélabre d’un contrôleur qui convertira les messages provenant du boîtier en signaux électriques adaptés à l’électronique du luminaire.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X