Environnement

Les pavés se mettent à purifier l’air

Mots clés : Jurisprudence - Qualité de l'eau, de l'air et du sol

Des scientifiques de l’Université de Twente, aux Pays-Bas, s’apprêtent à recouvrir une rue de pavés « purifiants ». Ils affirment avoir développé et testé un produit permettant de réduire la pollution provoquée par les gaz d’échappements.

De l’oxyde d’azote au nitrate
Les gaz d’échappement de voiture contiennent des oxydes d’azote(NOx), responsables des pluies acides et du smog (brume provenant d’un mélange de polluants atmosphériques). Les chercheurs affirment que ce problème peut être en partie résolu grâce à la composition de leurs nouveaux pavés. En effet, la couche supérieure des pavés est constituée d’un béton enrichi en dioxyde de titane (TiO2). Molécule photo catalytique déjà utilisée pour la dégradation de pesticides ou la fabrication de peintures purifiantes, sous l’action du soleil, elle transforme les oxydes d’azote contenus dans l’air en « nitrates inoffensifs ». La pluie se charge alors du reste.
Par ailleurs, les revêtements intégrant le dioxyde de titane, en contact avec l’eau (pluies, humidité de l’air) ont des propriétés auto-nettoyantes. Propriétés particulièrement intéressantes pour les espaces publiques, où des économies de voiries et d’entretien peuvent ainsi être réalisées.

Test grandeur nature
Basés sur une invention japonaise, ces pavés ont démontré leur efficacité dans le laboratoire de recherche de l’université de Twente. L’étape suivante, avant une commercialisation, consiste à évaluer leur fonctionnement à l’échelle de la rue. Ainsi, d’ici la fin de l’année, une rue d’Hengelo, petite ville de l’est du pays confrontée à un trafic important, sera pour moitié recouverte des nouveaux pavés tandis que l’autre moitié sera pavée avec un produit standard.
« En mesurant la qualité de l’air dans les deux parties, nous pourrons prouver l’efficacité des pavés », explique l’Université de Twente, qui prévoit de publier les résultats à l’été prochain. » Confiante en l’avenir du fruit de ses recherches, l’université précise que « Ce projet est très important pour le pays tout entier ».

Prudence
Pour satisfaire son ambition, l’université hollandaise devra tout de même veiller à démontrer la non dangerosité de l’utilisation du TiO2 sous forme de nanoparticules. A date, le dioxyde de titane est déjà largement utilisé, notamment dans l’industrie cosmétique, mais sous la forme de microparticules et non de nanoparticules comme dans le secteur de la construction. Ce qui n’est pas sans créer des remous dans certains pays. La Suisse, par exemple, préfère appliquer, pour l’instant, le principe de précaution quant à l’utilisation du TiO2. En réponse au député UDC genevois Eric Leyvraz qui a récemment déposé une motion préconisant la promotion des nouveaux revêtements enrichis en TiO2, le conseil d’État a préféré s’abstenir, attendant les résultats d’une enquête commandée par la Confédération sur les nanoparticules en général.
D’autre part, en mars 2007, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le TiO2 comme un cancérigène possible pour l’homme (catégorie 2 B).

Alors, bien que l’Union Européenne ait diligenté une enquête d’expertise (PICADA) concluant, dés 2005, à l’efficacité de ces techniques à base de dioxyde de titane, il faudra veiller à ce que l’émergence de ces nouveaux matériaux ne soigne pas un mal par un autre.


Une réaction, une suggestion… Ecrivez-nous !

Focus

Exemples de réalisations "purifiantes"



Au sud de Vienne, les façades des tours d’habitation « Monte Verde », construites par l’architecte Albert Wimmer en 2004, sont recouvertes de tuiles de céramique photo-catalytique, dont les 6800 mètres carrés purifient l’air pour un volume équivalent à celui que purifierait une forêt de 476 arbres de taille moyenne.

A Rome, le tunnel Umberto 1er a été entièrement repeint avec des enduits contenant du dioxyde de titane. L’opération a permis de baisser les pollutions d’oxyde d’azote de 50 à 60%.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X