Energie

Les particuliers doivent devenir des acteurs de l’efficacité énergétique

Mots clés :

Efficacité énergétique

-

Innovations

-

Réglementation technique

Dans sa dernière lettre Consommation et Modes de vie, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) pointe que les politiques de promotion de l’efficacité et de la sobriété énergétique ne suffiront pas, seules, à faire régresser les consommations.

 

Dans sa lettre de janvier 2014 intitulée « Sur le chemin de la sobriété énergétique : Engager les Français au-delà des écogestes », le Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) en s’appuyant sur les chiffres de l’Observatoire Crédoc-Promotelec 2013, pointe, élément par élément les limites de la politique actuelle de réduction de la consommation énergétique des logements.

 

Un ralentissement de la consommation énergétique insuffisant pour atteindre les objectifs

« L’ambition de faire régresser les consom­mations d’énergie suppose d’agir simultanément sur les technologies et sur les comportements », rappelle le Crédoc. Les Français doivent devenir les « acteurs » de bâtiments d’ha­bitation et de travail plus efficients sur le plan énergétique et cela nécessite que les politiques d’incitation aillent « au-delà de l’appel aux écogestes ».
Certes la consommation d’énergie est redescendue en 2010 à son niveau du début des années 80. Mais, note le Crédoc, dans le même temps, « d’autres postes sont en croissance, soit lente comme la consommation d’eau chaude, soit vigoureuse comme la consommation électrique des appareillages dans le logement ». Insuffisant pour atteindre l’objectif national d’une baisse de 38 % des consommations dans les bâtiments résidentiels et de bureaux d’ici 2020.

 

Un parc ancien encore trop peu performant

Même si la performance des systèmes d’iso­lation et de chauffage progresse natu­rellement dans la construction neuve, l’enjeu le plus important pour le Crédoc est bien la rénovation. Les habitations d’avant 1975 ont en effet une consommation de chauffage par m² deux fois plus élevées que les habi­tations plus récentes. Or dans l’habitat ancien seule une minorité de propriétaires réalise des travaux d’effi­cacité thermique, souvent de manière partielle (double vitrage, isolation…) compte tenu des coûts très élevés de la rénovation complète des bâtiments.

 

Un investissement minimal dans les outils d’économies d’énergie

« Les Français ont intériorisé très majoritai­rement la nécessité d’améliorer la qualité thermique de leur habitation pour réaliser des économies financières » note le Crédoc. L’isolation reste la solution privilégiée. L’équipement en systèmes de chauffages performants ou en équipements électriques de classe A reste minoritaire. Des comportements qui « révèlent l’iner­tie des systèmes incorporés à l’habitat (chauffage, ventilation) et le poids des arbitrages conditionnés par le pouvoir d’achat quand il s’agit d’équipements lourds (gros électroménagers notam­ment) » concut l’étude. Ainsi seul un tiers des Français pro­priétaires envisagent d’investir pour améliorer leur logement (33 %) et seuls 20 % pensent à des travaux pour écono­miser l’énergie, notamment pour dispo­ser d’un système assurant une meilleure efficacité thermique (18 %).

 

Recherche de confort et effet rebond

Les Français sont de plus en plus équipés d’appareils électriques. Incompatible avec la sobriété énergétique. C’est encore plus flagrant avec la recherche de confort thermique. Sur les principes, les Français (63 %) semblent dispo­sés à des efforts de sobriété en chauffant leurs pièces de vie à 19 °C, température de chauffage retenue comme la norme. Dans la réalité, la mesure de la tempé­rature dans la pièce de séjour des habi­tations montre que la moyenne se situe au-dessus de 20 °C, et atteint 21 °C dans les habitations récentes. C’est l’« effet rebond » : l’efficacité thermique des constructions récentes (maisons BBC, immeubles HQE) ne conduit pas à économiser au maximum l’énergie mais au contraire à consommer plus. 

Domotique et gestion technique du bâtiment : les Français peu enclins à l’innovation

Les Français restent peu convaincus des avantages de l’automatisation et de la régulation des systèmes dans leur logement. Seuls 14 % seraient disposés à investir dans la domotique, 2 % seu­lement déclarant le faire déjà. Et l’inertie du parc de logements empêche le développement d’avancées techniques susceptibles de dynamiser le marché de la rénovation, tels les « compteurs intelligents ».
Au bureau, si les locaux incorporent des automati­sations des systèmes de chauffage, venti­lation, éclairage et climatisation (et de tels locaux sont encore rares : 30 % seulement des entreprises en occupent), les salariés et usagers des bâtiments sont encore peu mobilisés au-delà de l’in­citation aux écogestes et s’adaptent insuf­fisamment aux contraintes de ces nouveaux bâtiments perfor­mants. Les suivis de consommation montrent ainsi que les performances réelles sont bien en deçà de celles affichées à la conception. « La conception technicienne voit l’occu­pant comme un usager passif, au lieu de l’intégrer comme un acteur central du pilotage de la performance énergétique » estime le Crédoc.

 

L’urbanisme durable n’attire pas

21 % seulement des Français connaissent un quartier durable ou « écoquartier », c’est-à-dire d’un quartier où l’on privilégie l’économie d’énergie, l’économie d’eau, le recy­clage des déchets, les transports, etc. Pire, conçus comme des opérations d’urba­nisme classiques les écoquartiers français n’attirent pas, estime le Crédoc. 31 % seulement des Français interrogés trouvent cet urbanisme attractif au point d’envisager de le rechercher s’ils déménagent.  Ces quartiers souffrent particulièrement de l’absence d’un processus d’implication des usagers dans la conception urbaine elle-même. « Comme pour les bâtiments HQE, les écoquartiers construisent des ensembles à haute ambition techno­logique, sans ménager aux collectifs d’habitants la possibilité d’être acteur du fonctionnement des bâtiments et des circulations » explique l’étude. Une conception « top-down » à laquelle devrait plutôt se substituer une conception  « bot­tom-up », c’est-à-dire des opérations élaborées à partir d’un collectif d’habitants constitué avant la réalisation du projet (habitat participa­tif, écovillages ou éco-hameaux…)

 

Le tournant de la sobriété passe par de l’innovation sociale

« L’in­novation technologique a besoin d’être irriguée par de l’innovation sociale, c’est-à-dire de l’expérimentation mobili­sant des collectifs d’habitants ainsi que des collectifs de salariés. Seule cette implication permettrait d’évaluer l’am­pleur des changements possibles en matière de consommation d’énergie » conclut le Crédoc.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    réponse à Mr Sesolis

    Ce sont les quelques idées reçues jalonnant cet article ( « Comme pour les bâtiments HQE, les éco-quartiers construisent des ensembles à haute ambition technologique»(…:o)) qui ont suscité ma réaction, difficile à développer dans ces cases de commentaires au nombre de caractères limité. Reste à s’intéresser à ce qui se fait ailleurs (pragmatisme oblige): http://www.bepassive.be J’accepte volontiers votre invitation à réfléchir ensemble aux questions complexes soulevées par cet article. Plus qu’à trouver le lieu approprié… Cordialement
    Signaler un abus
  • - Le

    un esimple exemple chiffre pour vous CONVAINCRE

    REFLEXIONS : soit un appartement de 50m2 ( 5m * 10m de facade ) pourrait avoir 4 grandes fenetres seulement ; –soit surface fenetres 4*2m2 =8m2 –surface globale murs exterieurs : 10*2.50 =25 m2 –surface effective murs exterieurs : 25 -8=17 m2 calcul des deperditions d’energie via la facade UNIQUEMENT ! : –via fenetre SIMPLE vitrage( Uw=6) : 8m2 * 6 *10 € =480€ –via murs ( R=0.2 soit Umurs= 5) :17m2 *5 *10 € =850€ soit un total de 1330 € ..si l’on pose du DOUBLE vitrage (Uw=1.5 ) et une isolation murale INTERIEURE ( R=2 soit Umurs =0.5 ) on va donc diviser par 4 les pertes dues aux fenetres soit 120€ on va aussi diviser par 10 les pertes dues aux murs soit 85€ donc on depenserait seulement 205€ au lieu de 1330€ !!!
    Signaler un abus
  • - Le

    la RENOVATION thermique des batiments anciens .

    aujourdhui dans les grandes villes on constate que les appartements ( anciens ) sont equippes de grandes (hautes ) fenetres toujours en SIMPLE vitrage ( Uw=6) ! le simple fait de remplacer une telle fenetre de 2m2 avec du DOUBLE vitrage ( Uw=1.5) permettrait une economie annuelle de 90€ .( 45€ economie de chauffage / m2) — soit pour un appartement de 5 fenetres une economie de 450€ /an . ces memes batiments ne sont general pas du tout isoles ( R= 0.2 m2.K / Watt) ! –par l’exterieur c’est cher et complique selon l’architecture des facades –par l’ interieur solution economique : ….mais ca derange ( travaux , poussiere) et ca diminue la surface habitable ! +++mais avec un isolant PERFORMANT et MINCE ( 5 cm en polyrethane avec enduit ciment ) on peut obtenir la meme isolation ( R=2 ) que dans les batiments recents ( annee 2000) ce qui provoquerait une diminution drastique du chauffage .DIVISION par 10 !
    Signaler un abus
  • - Le

    Réponse à Mr Debaize

    Pourriez-vous nous épargner vos poncifs (« ouverture des yeux », la maison passive, les apports solaires d’hiver, les dénigrements anti-RT, Bepos, high-tetch,…) ? Je vous invite à réfléchir ensemble aux questions posées. Elles sont plus complexes que vous ne l’imaginez et vos réponses, tout comme certaines conclusions de l’étude Crédoc sont bien insuffisantes ou critiquables.
    Signaler un abus
  • - Le

    et pour conclure

    Il est possible aujourd’hui de rénover en utilisants les composants et les méthodes issues des «révolutions technologiques» citées plus haut. Cela suppose un changement de mentalité profond des acteurs de la construction, à commencer par les principaux organes d’information et de distribution: à quand des articles de fond du moniteur plutôt que balancer des dépêches disant «c’est la faute de l’usager» ou nouveau rupteur thermique made in France? Et d’employer le terme «innovation technologique» à la place de «sortie de l’archaïsme»? La solution est entre nos mains, elle ne descendra pas par magie de technologie issue de l’industrie. L’évolution à venir se situe dans les processus à revoir de A à Z, pas dans les produits miracles. Bref, une vraie révolution…
    Signaler un abus
  • - Le

    Bref: ce concept de bâtiment existe depuis plus de 20 ans et s’exporte partout dans le monde avec un succès grandissant. Et devrait, si tout va bien,

    La maison à énergie positive est souvent vue comme la panacée en matière d’habitat « durable », car elle produit plus d’énergie qu’elle en consomme. Le souci est qu’elle produit souvent quand ce n’est pas utile et consomme autant que d’autres lorsqu’elle ne produit pas. Le gain final n’est pas évident, le tout pour des investissements très importants en matériel et un impact sur l’environnement qui n’est pas forcément positif. Générer de l’énergie au prix fort ne doit pas se substituer à une diminution importante de la consommation. Une maison passive, de par sa faible consommation énergétique, est la bonne base pour une maison à énergie positive. Il est en effet bien plus facile et moins coûteux de compenser la faible énergie consommée par une maison passive que celle consommée par un logement standard.
    Signaler un abus
  • - Le

    Combien d’années encore pour réaliser que les labels rt, bbs, bepos et consorts sont de la poudre aux yeux balancée par edf et consorts pour no

    Alors qu’il suffit d’ouvrir les yeux, de regarder autour de soi pour trouver des bâtiments low-tech dans lesquels l’air est sain, il fait 20°C toute l’année (et non 19°C), tout ça en se passant de système conventionnel de chauffage…Révolutions technologiques!!! Quelques cm d’isolation supplémentaires (par l’extérieur: révolution n°1!), aucun pont thermique (révolution technologique n°2!), une étanchéité à l’air réellement efficace (une conception très détaillée en amont et une exécution soignée: révolutions technologiques n°3 et 4!), des fenêtres et vitrages très performants (RT n°6!), une ventilation double flux avec récupération de chaleur (RT n°6, voire high tech!), une conception bioclimatique optimisant les apports solaires d’hiver (RT n°7), un mode de calcul thermique basé sur la physique et dont le logiciel ouvert se résume à quelques feuilles de calcul Exel (RT n°8)….
    Signaler un abus
  • Voir tous les commentaires (7)
    Commenter cet article
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X