Logement

Les offices publics de l’habitat détaillent leur plan de combat

Mots clés : Artisanat - Bâtiment d’habitation individuel - Entreprise du BTP - Etat et collectivités locales - Financement du logement - Finances publiques

Au lendemain du rassemblement sur l’esplanade des Invalides (Paris VIIe), la Fédération des offices publics de l’habitat continue de se mobiliser contre l’article 52 du projet de la loi de finances, qui prévoit 1,7 milliard d’euros de baisse des APL. Elle entend notamment inciter les sénateurs à se rassembler autour de la thématique du logement, mais aussi rallier les entreprises de BTP et les artisans à son combat.

Pas question de céder. Au lendemain du rassemblement sur l’esplanade des Invalides (Paris VIIe), la Fédération nationale des offices publics de l’habitat (OPH) continue de manifester son mécontentement. Dans une résolution adoptée le 18 octobre, elle demande toujours le retrait de l’article 52 du projet de loi de finances pour 2018, qui prévoit 1,7 milliard d’euros de baisse des APL. « Si cette mesure est maintenue, 200 organismes HLM vont tomber dans le rouge d’ici la fin de l’année 2018. C’est pourquoi la mobilisation doit continuer et s’amplifier », annonce Alain Cacheux, le président de la fédération, qui a été auditionné la veille par le « groupe logement » de La République en Marche, à l’Assemblée nationale.

La fédération compte notamment focaliser son action sur le Sénat, où elle possède de nombreux soutiens, comme Dominique Estrosi, sénatrice LR des Alpes-Maritimes. « Nous avons sollicité la constitution d’un groupe logement au Sénat, qui rassemblerait tous les groupes politiques. Ceci en vue de la future discussion budgétaire, qui interviendra après l’Assemblée nationale», indique l’ancienne présidente de Côte d’Azur Habitat.

Objectif espéré : le retrait de l’article 52 du PLF. Déjà, l’Union sociale pour l’habitat, dans un courrier adressé au Premier ministre Edouard Philippe, a refusé de négocier les 6 mesures compensatoires proposées par le gouvernement (6 milliards de prêts haut de bilan, 30 milliards de dette restructurée, nouvelle formule du livret A, etc.).   

 

Envoi d’un courrier aux prestataires

 

Parmi les autres initiatives que souhaite entreprendre la fédération, figure l’envoi d’un courrier à l’ensemble des prestataires des organismes HLM. « Dans cette lettre à destination des entreprises de bâtiment, des architectes, et de tous ceux qui participent à l’acte de construire, les présidents d’OPH devront détailler les conséquences très concrètes de la mesure, qui interviendront dès 2018 », annonce Alain Cacheux.

Le président de fédération entend aussi demander au président de la Fédération nationale des associations régionales [qui regroupe les 21 associations régionales d’organismes HLM – NDLR], Denis Rimbaud, de réunir les élus pour les sensibiliser au problème. « Nous allons en outre dans les prochaines semaines mobiliser les entreprises de BTP et les artisans, à travers des campagnes de sensibilisation », poursuit l’ancien député du Nord. Objectif : ajouter des partenaires supplémentaires au combat des OPH.  

Rappelons aussi que lors du congrès HLM, en septembre dernier, Alain Cacheux avait annoncé son intention d’adresser chaque semaine, jusqu’au vote du PLF, un courrier à l’ensemble des parlementaires déclinant un aspect particulier de la réforme.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X