Economie

Les ministères vont encore devoir se serrer la ceinture, notamment l’Ecologie

Mots clés :

Bâtiments d’habitation

-

Démarche environnementale

-

Finances publiques

-

Gouvernement et fonction publique

-

Réglementation européenne

La Commission européenne avait donné à la France la date butoir du mercredi 10 juin pour présenter son nouveau plan d’économies de 4 milliards d’euros pour 2015. C’est chose faite  et un décret paru ce jour en dévoile les détails. 676,9 millions de crédits sont annulés sur le budget de l’Etat. Les ministères du Logement et de l’Ecologie ne sont pas épargnés.

Le gouvernement vient de donner les détails des 676,9 millions de crédits annulés auprès des ministères, dans un décret publié le 10 juin. Il s’agit de la contribution des économies de l’Etat sur l’ensemble des administrations publiques prévue par le plan d’économies supplémentaires pour 2015 de 4 milliards d’euros. Plan attendu par Bruxelles et qui permet la poursuite de la réduction du déficit en 2015, grâce à un ajustement structurel de 0,5 % du PIB, comme cela lui a été recommandé.

« Dans un souci d’équité, les annulations de crédits concernent l’ensemble des ministères », précise Bercy dans son rapport.
Si le budget du ministère de la Défense est conservé en l’état et celui de la Culture n’enregistre qu’une baisse symbolique de 3 millions, c’est le ministère de l’Ecologie qui est le plus touché avec 84,5 millions de crédits annulés, dont 58,9 millions dans les infrastructures et services de transports, 5 millions dans les paysages, 8,3 millions sur le programme  « Energie, climat et après-mines » et 3,5 millions sur la conduite et le pilotage des politiques de l’écologie, du développement et de la mobilité durables. Un budget de l’Ecologie en baisse, qui n’a pas manqué de faire réagir Delphine Batho :

 
Le ministère du Logement et de l’Egalité des Territoires se voit amputer de 39 millions d’euros, « compte tenu des perspectives d’exécution des aides à la pierre », est-il précisé dans le rapport de motivation.
La politique des territoires n’est pas épargnée avec 7,5 millions de crédits en moins.
2,5 millions d’euros seront aussi économisés au titre de l’entretien des bâtiments de l’Etat, « du fait d’une meilleure priorisation des dépenses immobilières ».
Pas d’exception non plus pour le ministère du travail dont le budget baisse de 45,9 millions, ni pour la  mission « Relations avec les collectivités territoriales », qui voit ses crédits rognés de 12 millions.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X