Paysage

Les jardins extraordinaires préfigurent Villages Nature

Mots clés : Entreprise du BTP

La plantation des jardins dédiés aux quatre éléments a servi de test pour l’habillage végétal de Villages Nature, à Marne-la-Vallée. Parmi les dernières étapes d’un des plus importants chantiers de BTP de France qui mobilise environ 500 millions d’euros, les travaux paysagers connaissent leur intensité maximale entre l’automne 2016 et le printemps 2017. Disneyland Paris et Center Parcs, les maisons mères du site, annoncent le lever du rideau pour juillet.

Sous l’intense lumière d’octobre, le rougeoiement des herbacées rivalise avec celui des feuillages et contraste avec le noir de la terre de bruyère. Les squelettes calcinés d’arbres abattus achèvent de révéler l’identité du lieu : le feu se répand sous le regard du visiteur, depuis le cheminement panoramique en bois. Ce belvédère couvre toute la longueur des jardins extraordinaires, et crée l’illusion d’une surface deux fois plus importante que les deux hectares totalisés par les quatre séquences, dédiés aux éléments. A droite de la forêt foisonnante du feu, voici l’air : une végétation steppique lutte pour sa survie sur un tertre sablonneux entaillé de rigoles par lesquels un oued se frayera un chemin quand les régulateurs de l’hydraulique de Village Nature le décideront.

 

Entre architecture et paysage

 

Version contemporaine du dialogue entre nature et culture qui façonne la plaine de la Brie depuis la nuit des temps historiques, le projet développé par Disneyland Paris et Center Parcs concentre son esprit dans ces quatre jardins extraordinaires, adossés aux plus hautes habitations du site : des immeubles de trois étages bordent le lac, entre les deux entrées et à mi-chemin entre les deux attractions principales, l’aqualagon de Jacques Ferrier et la ferme interactive de Lionel De Segonzac. « Avec l’architecte Jean de Gastines, nous avons matérialisé cette tension en inventant une architecture hybride, prolongée par les jardins extraordinaires », proclame le paysagiste Thierry Huau, coordonnateur de la maîtrise d’œuvre du projet dont il partage la direction artistique avec Joe Rohde, designer de Walt Disney Imagineering.

L’hybridation se traduit dans les pignons bardés de micro-gabions où poussent des plantes rudérales, suffisamment rustiques pour se passer d’engrais et traverser sans douleur des périodes de sécheresse. Côté lac, des plantes grimpantes enlaceront les piliers des terrasses. A l’arrière, la symbiose entre architecture et paysage se traduit dans les mouvements de terre : les jardins extraordinaires poussent sur les déblais excavés pour créer les 16 hectares de plans d’eau, dans le cadre d’une gestion équilibrée du million de m3 terrassés pour ce chantier.

 

L’eau, clé du projet

 

La fonction épuratrice des quatre éléments donne une autre clé du projet : au sortir de l’aqualagon, les eaux polluées retrouveront leur qualité de baignade après avoir traversé l’air, le feu, l’eau et la terre. La place centrale de l’eau renvoie au discours du concepteur : « Depuis le XIIIe siècle, les hommes ont su exploiter la moindre pente de ces plaines pour alimenter leurs moulins. Dès l’élaboration du premier plan masse voici 15 ans, j’ai cherché à retrouver ce savoir-faire oublié dont témoignaient les réseaux hydrauliques en ruine », raconte Thierry Huau.

 

 

La vitrine paysagère de Villages Nature n’en constitue pas moins une exception, par son mode de dévolution : un seul marché a présidé à l’exécution des jardins extraordinaires, confiée à Segex, en cotraitance avec Genre. « Nous n’avions pas prévu ce scénario au départ, mais au vu de la parfaite complémentarité entre les offres de ces deux entreprises, nous les avons invitées à se coordonner », explique Alexandre Borsari, chargé des aménagements extérieurs au sein de la maîtrise d’ouvrage. Entre paysage et travaux publics, la pluridisciplinarité du groupe national Segex a séduit Villages Nature, en complément de la finesse des finitions confiée à Genre, PME d’Aix-en-Provence.

Mais cette exception n’a pas remis en cause la règle de l’allotissement géographique qui préside à la cinquantaine de marchés d’aménagement extérieurs, dont 15 pour la voirie et les réseaux. Ce mode de dévolution a souri aux ténors nationaux et franciliens des travaux paysagers : ID Verde, Pinson, Lachaux, Parcs & Sports…

 

Préférence locale

 

Pour fournir les 450 000 végétaux attendus sur le site d’ici à l’été prochain, Thierry Huau a privilégié les fournisseurs locaux regroupés au sein du groupement d’intérêt économique des Pépinières franciliennes. Trois ans avant la réception, 26 contrats de culture ont matérialisé cette stratégie qui concilie la performance du bilan carbone et l’optimisation des retombées économiques locales : « Nous sommes dans une terre de pépinières, comme en témoigne la Rose gauloise de Provins », rappelle le paysagiste, à quelques jours de la livraison des rosiers de 5 m de haut. Les grands arbres échapperont néanmoins à cette préférence locale. Au premier trimestre 2017, 10 sujets de 10 tonnes, à planter sur la toiture de l’aqualagon susciteront une des séquences techniques majeures de ce chantier à grand spectacle, avant la prise de relais par les 34 jardiniers qui entretiendront le site.

 

 

Toile de fonds de l’histoire racontée par le maître d’œuvre, la réconciliation entre écologie et capitalisme tient-elle la route ? Le concepteur et conteur au look de magicien n’en doute pas : « Ceux qui parlent ici de greenwashing ignorent la réalité de l’engagement du maître d’ouvrage. Ce projet donne l’occasion, à grand échelle, de tester les concepts de réconciliation entre ville et nature qui marqueront l’urbanisme des décennies à venir », estime Thierry Huau.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X