Immobilier

« Les investisseurs veulent des bâtiments tertiaires occupés par plusieurs usagers », Philippe Morel (Nextdoor)

Mots clés : Entreprise du BTP - Lieux de travail

Nextdoor, filiale du groupe Bouygues, lance son premier immeuble tertiaire dédié au coworking. Situé dans les Hauts-de-Seine à Issy-les-Moulineaux, l’édifice ouvrira ses portes le 1er juin 2015. Philippe Morel, président de Nextdoor, explique son nouveau concept et donne sa vision de l’évolution du secteur.

Comment fonctionne Nextdoor ?

 

Philippe Morel : Nextdoor est un hôtel d’entreprises sans contrainte. On y accède en s’abonnant (12 mois minimum), mais le contrat peut être rompu à tout moment, sans pénalité. Le bâtiment tertiaire se compose de plusieurs espaces. D’abord, le rez-de-chaussée, l’âme du bâtiment. Il s’agit d’un espace ouvert, propice au travail collaboratif (voir le portfolio). Dans cet espace, nous organiserons des animations, pour présenter des produits lancés par les locataires, partager des savoir-faire, etc. L’espace est ouvert de 8h à 20h, 5 jours sur 7, et accessible à partir d’un abonnement (300 euros hors taxe par mois et par personne). 

Les étages se composent de plusieurs bureaux fermés, et conçus avec les utilisateurs en fonction de leurs besoins. Nous allons, par exemple, aménager un studio de cinéma pour l’un de nos abonnés. Sur la porte d’entrée de chaque bureau, il y a le nom de l’entreprise et de son fondateur. Très clairement, une petite entreprise peut y installer son siège social si elle le souhaite. Des salles de réunions et de reprographie sont mises à la disposition des locataires. Les étages sont accessibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, moyennant un abonnement de 480 euros hors taxe par mois et par personne. 


 

Qui sont les utilisateurs de cet hôtel d’entreprises ?

P.M : Des grandes entreprises peuvent réserver des bureaux fermés dans les étages supérieurs pour permettre à une partie de leurs collaborateurs de travailler en mode projet sur un dossier en particuliers. Cet espace permet à ces salariés de travailler dans un lieu propice à l’émergence de nouvelles idées.

Des petites entreprises se sont également montrées intéressées pour y installer leur siège social. A Issy-les-Moulineaux, commune d’accueil du premier Nextdoor, nous avons comptabilisé 10 000 sociétés de moins de 10 personnes à la recherche d’un siège social pour être physiquement proches de leurs clients. Les baux traditionnels (3,6 ou 9 ans) sont trop lourds, trop contraignants et trop chers pour des start-up. Nous leur proposons ainsi plus de souplesse. Par ailleurs, ces chefs d’entreprises sont souvent isolés, avec Nextdoor, ils pourront partager leurs expériences.

 

Où comptez-vous développer votre concept ?

P.M : Ce marché décolle. Nous nous concentrons pour le moment sur la première couronne parisienne. Nous avons déjà eu des demandes d’aménagement d’immeubles à La Défense. Ensuite, nous pourrons nous développer dans les grandes villes de la deuxième couronne, à l’exemple de Massy. Nous n’avons pas d’objectifs chiffrés, mais nous pourrions ouvrir une quinzaine de sites à moyen terme, dans des bâtiments neufs ou anciens, en Ile-de-France et dans les grandes villes régionales, comme Nantes, Bordeaux, Toulouse, Lyon, etc.

 

Nexity a lancé Blue Office, vous lancez Nextdoor… Assistons-nous à une modification profonde du mode de gestion des bâtiments tertiaires ?

P.M : Nous allons continuer à construire de grands bâtiments, mais les sièges sociaux seront gérés différemment. L’idée consiste à augmenter très significativement le taux d’occupation de l’édifice pour réduire son coût d’usage. Ce besoin émane également des investisseurs. Ils veulent des bâtiments occupés par de nombreux locataires : comme l’immeuble est toujours plein, l’actif prend de la valeur. Dernièrement, nous avons répondu à un appel d’offre d’un assureur qui souhaite construire son siège social sur ce modèle. Cette entreprise installerait ses collaborateurs dans les tous derniers étages du bâtiment, et louerait le reste du bâtiment à d’autres sociétés.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X