Logement

Les inquiétudes des promoteurs

Mots clés : Gestion et opérations immobilières - Gouvernement

La fédération des promoteurs immobiliers (FPI) appelle le gouvernement à adopter des mesures permettant de « confirmer la reprise du secteur de l’immobilier ».

Un an avant la fin du mandat de François Hollande, Alexandra Françoix-Cuxac, présidente de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI) appelle à « se concentrer sur quelques réformes pour confirmer la reprise du secteur » lors d’un point presse organisé mercredi 3 février. Et de poursuivre : « nous n’avons jamais autant éprouvé de difficultés pour décrocher des permis de construire, jamais autant de projets de construction n’ont été bloqués par des recours ». En une année, le nombre de logements bloqués par des recours serait passé de 25 000 à 33 000 selon la FPI. « Ces dérives graves empêchent les initiatives de l’Etat de produire leurs effets », juge Alexandra Françoix-Cuxac.

Cette dernière s’inquiète également des « surcoûts de constructions » liés à la future mise en place de la RT 2018 et estimés à 15%. « Nous sommes en train de travailler avec le ministère de l’Ecologie pour voir comment aller dans ce sens, mais à coût constant. »

 

Libéralisation de la construction de logements

 

Alexandra François-Cuxac souhaite également « décloisonner » la construction de logements sociaux et de logements privés. « Lorsqu’un promoteur produit des logements sociaux, il le fait à perte. Au-delà du taux de 25% de HLM dans les immeubles, l’équilibre économique est mis à mal. Il faudrait faire évoluer la règle pour que les promoteurs puissent bénéficier d’une TVA à 5,5% s’ils souhaitent construire des bâtiments de logements sociaux. En contrepartie, les bailleurs sociaux pourraient eux-aussi construire des logements privés. » Interrogée sur le maintien de la part de 25% de logements sociaux dans les programmes immobiliers, Alexandra François-Cuxac s’est prononcée pour une suppression de cette règle. « Il faut complètement décloisonner le système de production de logements sociaux », a-t-elle avancé.

Pour rappel, les bailleurs sociaux peuvent déjà construire des habitations privées, grâce à la Vefa inversée. Par ailleurs, certains promoteurs se sont spécialisés dans la construction de logements sociaux, à l’exemple d’Alila, dans l’agglomération lyonnaise.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X