Immobilier

Les îles croates à l’abri des acheteurs étrangers

Le parlement croate a durci une loi portant sur la vente des îles de l’Adriatique de manière à empêcher leur achat, notamment par les étrangers.
Aux termes des modifications adoptées, l’Etat a désormais le privilège d’acheter des biens immobiliers et des terrains situés sur des îles, voire des îles entières, proposés à la vente par leur propriétaire privé.
Une île pourra être vendue sur le marché uniquement si l’offre est refusée par les autorités locales et au prix qui ne sera pas inférieur à celui proposé à l’Etat.

La côte croate, longue d’environ 1.800 kilomètres, est parsemée de 1264 îles et îlots. La moitié des 764 îlots, pour la plupart déserts et particulièrement visés par cette loi, sont des propriétés privées. D’autres appartiennent à l’Etat.
La loi modifiée désigne des îles représentant un « intérêt particulier » pour l’Etat et qui seront désormais à l’abri des acheteurs.
« La loi est en conformité avec l’Accord de stabilisation et d’association (ASA) », signée avec l’Union européenne, a affirmé avant le voté, intervenu vendredi tard dans la soirée, le ministre croate du Tourisme, Bozidar Kalmeta.
Il a ajouté que d’autres pays européens ont protégé leurs biens nationaux de la même façon.

Focus

Repères


La Croatie a entamé en octobre 2005 les négociations d’adhésion avec l’UE qu’elle ambitionne rejoindre en 2009.
La libéralisation du marché de l’immobilier préoccupe cependant les Croates et leur gouvernement qui redoutent une ruée des acheteurs étranger sur leurs îles.
Pratiquement anéantie pendant le conflit serbo-croate de 1991-1995, l’industrie touristique croate s’est progressivement remise des effets de la guerre.
Dix millions de touristes ont visité ce pays en 2005, ce qui représente une année record.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X