Vie de l'entreprise

Les groupes de BTP face à leur sans-papiers

Une centaine de personnes ont manifesté vendredi à Paris devant les immeubles où Bouygues et Eiffage tenaient des conférences de presse, tentant ainsi d’obtenir que ces groupes de BTP appuient la régularisation de travailleurs sans-papiers.
« Patrons du bâtiment, assumez vos responsabilités : faites régulariser les travailleurs sans-papiers », expliquait un tract distribué devant le siège de Bouygues, avenue Hoche, et le Pavillon Ledoyen, où se tenait la réunion d’Eiffage. Les deux immeubles sont situés dans le 8ème arrondissement.
Pour les manifestants, soutenus par l’union syndicale Solidaires Paris, « les grands groupes de la construction – Bouygues, Vinci et Eiffage en tête – font appel en toute connaissance de cause et avec le plus grand cynisme aux agences d’intérim ».
« Il profitent ainsi d’une main-d’oeuvre totalement précaire, contrainte au silence par l’absence de papiers, privée de tous droits; une main-d’oeuvre bon marché et corvéable à merci », affirme le tract.
Interrogé lors de la conférence de presse, Martin Bouygues, PDG de Bouygues, a répondu que le groupe et ses sous-traitants avaient des « procédures très strictes » pour contrôler l’identité de leurs employés mais qu’ils n’avaient « pas de pouvoir de police ».
Sur la régularisation des travailleurs qui disposent de faux-papiers, M. Bouygues a estimé : « C’est une question politique qui ne me concerne pas ».
François Massé, le directeur général adjoint d’Eiffage, a reçu brièvement une délégation de sans-papiers pour fixer un rendez-vous pour mardi prochain.
« Notre intérêt est qu’il n’y ait pas de travailleurs clandestins sur nos chantiers », a affirmé M. Massé avant de souligner que l’identité des travailleurs est contrôlée par la Caisse des congés payés du BTP, un organisme paritaire entre patronat et syndicats.
« Les contrôles de police depuis six mois ont toujours fait chou blanc et n’ont trouvé aucun travailleur sans-papiers sur les chantiers d’Eiffage », a assuré M. Massé.
Le PDG d’Eiffage Jean-François Roverato s’est dit « prêt à proposer la régularisation de certains travailleurs sans-papiers » oeuvrant chez des sous-traitants « ayant démontré leur compétence depuis plusieurs années ».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X