Aménagement

Les grands travaux pourront être financés au moins jusqu’en 2012

L’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) sera « en mesure » de financer les travaux prévus jusqu’en 2012, a assuré jeudi son président, le sénateur Gérard Longuet. Et cela malgré le manque à gagner de la privatisation des autoroutes qui va priver l’agence des dividendes des péages, sa principale source de financement.

« On est en capacité de financer » le programme défini au Ciadt (Comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire) du 18 décembre 2003, et « d’aider à financer les 800 opérations annuelles des contrats de plan » Etat-régions, a assuré jeudi M. Longuet devant plusieurs journalistes, au lendemain d’une rencontre avec les services du Premier ministre.

L’AFITF, créée fin 2004 pour appuyer les projets de grands travaux annoncés par le gouvernement Raffarin un an plus tôt, doit financer pour 7,5 milliards d’euros de travaux d’ici 2012, et 2,3 milliards d’euros pour les contrats de plan Etat-régions qui s’achèvent en 2006-2007, soit au total 9,8 milliards d’euros.

Côté recettes, à une dotation de 4 milliards d’euros promise par le gouvernement sur le produit de la privatisation des sociétés d’autoroutes s’ajoutent environ 760 millions d’euros par an de taxe d’aménagement du territoire, redevance d’usage domanial et radars, ce qui fait un total, sur sept ans, de 9,3 milliards d’euros.

M. Longuet a déploré « ne rien savoir » des modalités de versement de la dotation de 4 milliards d’euros promise par le gouvernement, à savoir si elle se ferait en une ou en plusieurs fois.
Mais il a exclu la possibilité que l’AFITF finance la rénovation du Réseau ferré de France (RFF). « Je ne financerai pas ce qui n’est pas dans le Ciadt. (…) Je ne suis pas l’agence des bons sentiments ferroviaires », a déclaré M. Longuet.

Le président de la SNCF Louis Gallois avait souhaité vendredi dernier que les investissements dans le ferroviaire confirmés jeudi par le Premier ministre servent aussi à donner « un coup de jeune » au réseau existant.
Au sujet des projets de transports en commun que l’AFITF financera à hauteur de 100 millions d’euros, la Caisse des dépôts et consignation pourrait être un partenaire pour les prêts, a-t-il indiqué.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X